Resources

Los Batwa de Uganda realizan un modelo tridimensional de su zona ancestral del bosque de Bwindi

En 2009 un grupo de representantes de los Batwa de Uganda visitó a las comunidades Ogiek en Kenia para informarse de su situación y de las diferentes estrategias que están utilizando para defender sus derechos e intereses. Una de estas estrategias fue la creación participativa de modelos tridimensionales (P3DM por sus siglas en inglés), los cuales ayudaron a los Ogiek a defender sus derechos sobre su territorio ancestral, el bosque Mau, ante los organismos oficiales kenianos. Los Batwa volvieron a Uganda tras esta visita muy impresionados por la simplicidad de la técnica P3DM y con al esperanza de aplicarla en su propio contexto.

Dos años más tarde, en junio de 2011, y con el apoyo de la Fundación ARCUS, los Batwa, empezaron a crear su propio modelo tridimensional de su territorio ancestral: el Parque Nacional Impenetrable de Bwindi. Más de 100 representantes de las comunidades Batwa que viven alrededor de Bwindi, incluidos jóvenes, ancianos, mujeres y hombres participaron en esta actividad durante un período de tres semanas.

Les Batwa d’Ouganda achèvent le modèle tridimensionnel de leur forêt ancestrale de Bwindi

En 2009, un groupe de représentants batwa de l’Ouganda s’est rendu dans les communautés ogiek du Kenya afin de s'informer de leur situation et des différentes stratégies de plaidoyer qu'elles utilisaient. L’une de ces stratégies consistait à utiliser la modélisation participative tridimensionnelle (P3DM), qui a aidé les Ogiek à stimuler l’intérêt les institutions kényanes envers leurs droits à leur territoire ancestral, la forêt Mau. Les Batwa ont été impressionnés par la simplicité de la technique P3DM et ont conclu leur visite avec  l’espoir de pouvoir l’appliquer à leur propre contexte.

Deux ans plus tard, en juin 2011, avec le soutien de la Fondation ARCUS, les Batwa ont commencé la modélisation tridimensionnelle de leur territoire ancestral, le Parc national Impénétrable de Bwindi. Plus de 100 représentants des communautés batwa des environs de Bwindi, y compris les jeunes, les anciens, les femmes et les hommes, ont participé à cet exercice sur une période de trois semaines.

NOTA DE PRENSA - La UICN revisará y avanzará en la aplicación efectiva del "nuevo paradigma de la conservación", con atención especial a los derechos de los pueblos indígenas. 14 de enero de 2011

Los representantes de los pueblos indígenas se reunieron con los Presidentes de las Comisiones de la UICN y otras organizaciones conservacionistas para un diálogo de alto nivel durante la Conferencia "Compartiendo el Poder" que tuvo lugar en Whakatane, Nueva Zelanda, el 13 de enero de 2011.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - L'Union internationale pour la conservation de la nature doit revoir et faire avancer l'application du « nouveau paradigme de la conservation », mettant l'accent sur les droits des peuples autochtones.14 janvier 2011

Des représentants des peuples autochtones se sont réunis avec les présidents de commissions de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et d'autres organismes de conservation pour tenir un dialogue de haut niveau pendant la conférence Sharing Power (partager le pouvoir), à Whakatane, Nouvelle-Zélande, le 13 janvier 2011. L'UICN a convenu de revoir l'application de résolutions concernant les peuples autochtones adoptées lors du 4ème Congrès mondial de la nature (WCC4) tenu en 2008 à Barcelone, en Espagne, et d'en faire avancer la mise en œuvre. Ces résolutions, ainsi que le Plan d'action de Durban et le Programme de travail sur les aires protégées de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (CDB), sont souvent appelés le « nouveau paradigme de la conservation ». Elles sont cruciales pour garantir que les pratiques de conservation respectent les droits des peuples autochtones et leur participation pleine et entière à l'élaboration des politiques et pratiques.  Malheureusement, l'application dans les faits de ces décisions en appui aux peuples autochtones a été très inégale.  Les informations recueillies dans le cadre des processus d'examen de l'UICN seront intégrées dans son Programme 2013-2016, qui doit être soumis à la discussion et adopté en septembre 2012 à Jeju, en République de Corée.