Resources

9th RRI Dialogue on Forests, Governance and Climate Change, London, February 2011

The 9th RRI Dialogue on Forests, Governance and Climate Change, co-organized with Forest Peoples Programme, Tebtebba and Forest Trends, took place in London, UK on 8 February 2011. The Dialogue drew together a number of key actors involved in REDD, including representatives from Indigenous Peoples organizations, governments of UK Mexico and Norway, the banking sector, NGOs and researchers.

The consensus emerging from the discussion was that REDD should not proceed before clear safeguards are put in place. Gregory Barker, British minister of State, Department for Energy and Climate Change outlined that before REDD projects take place, it is crucial to assess drivers of deforestation, secure clarity of land tenure and ensure equitable benefit-sharing for Indigenous Peoples. To that end, he assured that the UK government will apply safeguards in bilateral REDD agreements with Indigenous Peoples and local communities. Despite this commitment he avoided mentioning whether the UK would push for stronger safeguards in the readiness processes of the World Bank’s FCPF initiative.

Le 9ème Dialogue de l’Initiative pour les droits et ressources sur les forêts, la gouvernance et les changements climatiques

Le 9ème Dialogue de l’Initiative pour les droits et ressources sur les forêts, la gouvernance et les changements climatiques, co-organisé avec le Forest Peoples Programme, Tebtebba et Forest Trends, a eu lieu à Londres, au Royaume-Uni, le 8 février 2011. Le Dialogue a réuni plusieurs acteurs clé de la REDD, notamment des représentants des organisations des peuples autochtones, les gouvernements du Royaume-Uni, du Mexique et de la Norvège, le secteur bancaire, des ONG et des chercheurs.  

Le consensus ayant émergé des discussions était que la REDD ne devrait pas se poursuivre tant que des garanties claires n’auront pas été mises en place. Gregory Barker, Ministre adjoint du Ministère de l’énergie et du changement climatique du gouvernement britannique, a souligné qu’il était crucial, avant que les projets REDD ne soient réalisés, d’évaluer les moteurs de la déforestation, de garantir un régime foncier clair et d’assurer un partage équitable des avantages pour les peuples autochtones. Dans ce but, il a affirmé que le gouvernement britannique appliquera des garanties dans les accords bilatéraux REDD avec les peuples autochtones et les communautés locales. Malgré cet engagement, il n'a pas indiqué si le Royaume-Uni oeuvrerait en faveur de garanties plus strictes dans les processus de préparation de l’initiative FCPF de la Banque mondiale.