Resources

La plateforme nationale camerounaise pour les peuples autochtones des forêts se réunit pour sa deuxième Assemblée Générale

Les 23 et 24 juillet, sous le couvert de la forêt communautaire Nomedjo à Lomié, la plateforme Gbabandi s'est réunie pour sa deuxième Assemblée Générale. Gbabandi comprend actuellement huit organisations autochtones, et plus de 100 Baka et Bagyeli ont participés à cette réunion de deux jours, venant de différentes régions forestières du Cameroun.

BLOG: “Without our forest, we have no life, we disappear”

A member of one of Cameroon’s Baka Communities in the Ngoyla Mintom area, talks about being driven out of his ancestral forests, and the issues his people face on a daily basis through lack of land rights and lack of access to food, medicine and education.

BLOG: « Sans notre forêt, nous n'avons pas de vie, nous disparaissons »

Un membre d'une des communautés baka du Cameroun dans la région de Ngoyla Mintom, parle d'être chassé de ses forêts ancestrales et des problèmes auxquels son peuple est confronté quotidiennement, à cause du manque de droits fonciers et du manque d'accès à la nourriture, médecine et éducation.

BLOG: «Sin nuestro bosque no tenemos vida, desaparecemos»

Un miembro de una de las comunidades Baka de la zona de Ngoyla Mintom de Camerún, habla de ser expulsado ​​de su bosque ancestral y de los problemas a los que se enfrenta su pueblo a diario a por la falta de derechos territoriales y la falta de acceso a alimentos, medicinas y educación.

La communauté ogiek de Chepkitale documente pour la première fois ses règles coutumières afin d'assurer la pérennité de la conservation de ses terres ancestrales et de ses ressources naturelles

« Nous n’avons jamais conservé.  C’est notre mode de vie qui conserve. Ces règles coutumières que nous avons depuis toujours, mais que nous n’avions pas mis par écrit jusqu’à maintenant. » À la suite d’un intense processus communautaire de cartographie et de dialogue, les Ogiek du Mont Elgon, au Kenya, ont rédigé la version définitive de leurs règlements, qui commencent par ces mots :

RIO+20 Conference might promote green economy and development at the expense of human rights and environmental justice - Parallel events will highlight demands and contribution of Indigenous Peoples

The UN Conference on Sustainable Development - Rio+20, is aimed at ensuring full implementation of international commitments on environment and social development. However, there are concerns that it will neglect the urgent need to respect indigenous peoples’ rights, traditional knowledge and self-determined development.

La conferencia Río+20 podría promover la economía verde y el desarrollo a expensas de los derechos humanos y la justicia ambiental - Eventos paralelos destacarán las reivindicaciones y la contribución de los pueblos indígenas

La Conferencia de las Naciones Unidas sobre el Desarrollo Sostenible - Río+20, tiene como finalidad asegurar el pleno cumplimiento de los compromisos internacionales relativos al medio ambiente y el desarrollo social. Sin embargo, existe la preocupación de que descuide la urgente necesidad de respetar los derechos de los pueblos indígenas, los conocimientos tradicionales y el desarrollo determinado libremente.

La conférence RIO+20 pourrait promouvoir l’économie verte et le développement au détriment des droits humains et de la justice environnementale – Les événements parallèles mettront en exergue les demandes et les contributions des peuples autochtones

La Conférence des Nations Unies sur le développement durable - Rio+20, a pour objectif d’assurer la mise en œuvre complète des engagements internationaux en matière d’environnement et de développement social. Toutefois, le risque existe que le besoin urgent de respecter les droits des peuples autochtones, les savoirs traditionnels et le développement autodéterminé soit négligé.