Resources

Lessons from the field: REDD+ and the rights of indigenous peoples and forest dependent communities

In October 2011, Forest Peoples Programme (FPP) conducted a survey of our local partners asking them to pinpoint key experiences and emerging lessons learned in relation to REDD+ and rights issues over the last three years. Partners who contributed include the Centre for Environment and Development (CED) and Association Okani (Cameroon), CEDEN (DRC), Foundation for the Promotion of Traditional Knowledge (Panama), Amerindian Peoples Association (Guyana), Association of Village Leaders in Suriname, Association of Saamaka Authorities (Suriname), AIDESEP (Peru), Federation for the Self-Determination of Indigenous Peoples (Paraguay) and Scale-up, Pusaka and FPP field staff (Indonesia). Observations and lessons are also drawn from workshops with local partners, field studies and issues stemming from indigenous peoples’ representatives in dialogues with national and international REDD+ policy-makers. Key observations and lessons are summarised below.

Enseignements tirés des études sur le terrain : la REDD+ et les droits des peuples autochtones et des communautés tributaires de la forêt

En octobre 2011, Forest Peoples Programme (FPP) a mené une enquête d'opinion auprès de ses partenaires locaux leur demandant d'identifier avec précision les expériences déterminantes et les enseignements tirés concernant la REDD+ et les questions afférentes aux droits, durant les trois dernières années. Les partenaires qui y ont pris part sont le Centre pour l’environnement et le développement (CED) et l'Association Okani (Cameroun), CEDEN (RDC), la Foundation for the Promotion of Traditional Knowledge (Panama), l'Amerindian Peoples Association (Guyana), l'Association of Village Leaders à Suriname, l'Association of Saamaka Authorities (Suriname), l'AIDESEP (Pérou), la Federation for the Self-determination of Indigenous Peoples (Paraguay) et les agents locaux de Scale-up, de Pusaka et du FPP (Indonésie). Un résumé des observations et des enseignements de première importance est présenté ci-après.  Des observations et des enseignements sont également tirés d'ateliers de travail avec les partenaires locaux, d’études sur le terrain et des questions découlant des débats qu'ont eus les représentants des peuples autochtones avec des décideurs nationaux et internationaux REDD+. 

REDD+ discussions unfurl after Copenhagen

There are growing concerns about the poor consultation and engagement of indigenous peoples in discussions on major forest and climate initiatives and the potential risks for their rights. This March, indigenous people were excluded from a meeting in Paris to launch a French-Norwegian initiative on REDD+ (Reducing Emissions from Deforestation and Forest Degradation - Plus); concerns have been voiced by Guyanese indigenous peoples with reference to the ongoing REDD+-Low Carbon Development (LCD) strategy process in their country; and the Forest Carbon Partnership Facility (FCPF) has been elaborating on their Strategic Environmental and Social Assessment (SESA) framework without clarifying how World Bank safeguards will be implemented.

Une vague de discussions sur la REDD+ déferle après Copenhague

L'inquiétude monte au sujet de la consultation et de la participation inadéquates des peuples autochtones aux discussions concernant les principales initiatives forestières et climatiques et les risques potentiels pour leurs droits. En mars, les peuples autochtones ont été exclus d'une réunion à Paris pour le lancement d'une initiative franco-norvégienne sur la REDD+ (Réduction des émissions causées par le déboisement et la dégradation des forêts - Plus). Des préoccupations ont été exprimées par les peuples autochtones guyanais au sujet du processus actuellement en cours relatif à la REDD+ et à la stratégie de développement à faible intensité de carbone (LCD) dans leur pays. Le fonds de partenariat pour la réduction des émissions de carbone forestier (FCPF) a développé son cadre d'Évaluation environnementale et sociale stratégique (SESA), sans clarifier la façon dont les garanties de la Banque mondiale seront appliquées.