Resources

Statement of the Forests and Communities Platform and representatives of indigenous communities on Cameroon's REDD Readiness Preparation Proposal (R-PP)

As part of its REDD+ preparation, Cameroon submitted on 6 August 2012 the draft of its REDD Readiness Preparation Proposal (R-PP) to the Forest Carbon Partnership Facility (FCPF) managed by the World Bank. 

Following the recommendation of the national validation workshop held in Ebolowa, Cameroon in June 2012, members of Cameroonian civil society met as part of the Forests and Communities Platform (Plateforme Forêts et Communautés) from 11 to 13 September 2012, to analyse the strengths and areas for improvement of the R-PP.

The World Heritage Convention and Indigenous Peoples

Indigenous peoples’ experiences of the inscription of their lands and resources as World Heritage Sites, under the 1972 World Heritage Convention, have been widely varied. In some cases the Convention has been a tool for indigenous peoples to use in protecting their lands – the case of the Mirarr people in Kakadu, Australia, using the World Heritage Convention to halt Uranium mining in their lands stands out.

La Convention du patrimoine mondial et les peuples autochtones

Les expériences des peuples autochtones relatives à l’inscription de leurs terres et ressources parmi les sites du patrimoine mondial, au titre de la Convention du patrimoine mondial de 1972, varient énormément. Dans certains cas, la Convention a été un outil utilisé par les peuples autochtones pour protéger leurs terres – le cas du peuple mirarr à Kakadu, en Australie, qui a utilisé la Convention du patrimoine mondial pour mettre un terme à l’exploitation de l’uranium sur ses terres, est un exemple patent. Néanmoins, trop souvent, les processus de la Convention du patrimoine mondial et du Comité qui supervise sa mise en œuvre sont bien loin des réalités des peuples autochtones qui vivent sur les terres concernées. Dû à l’absence d’implication, et au manque de participation effective et de procédures de consultation et de consentement complètes des peuples autochtones, l’inscription donne trop souvent lieu à des violations des droits des peuples autochtones, tels que stipulés dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (UNDRIP).

Report by CEFAID questions the validity of the consultations in Cameroon for the World Heritage Site nomination of the Tri-National de la Sangha (TNS) protected area

The Tri-National de la Sangha (TNS) is a protected area with a landscape approach spanning three countries: Cameroon, Central African Republic (CAR) and the Republic of Congo. In 2010, the three countries jointly nominated the area as a UNESCO World Heritage site. This nomination was considered by the World Heritage Committee in June 2011.

Un rapport publié par CEFAID conteste la validité des consultations menées au Cameroun dans le cadre de la proposition d’inscription de l'aire protégée du Tri-National de la Sangha (TNS) à la liste des sites du Patrimoine mondial

Le Tri-National de la Sangha (TNS) est une aire protégée, définie selon une approche fondée sur les paysages, qui s'étend sur trois pays : le Cameroun, la République centrafricaine (RCA) et la République du Congo. En 2010, ces trois pays ont proposé ensemble que cette aire figure parmi les sites du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette proposition fut examinée par le Comité du patrimoine mondial en juin 2011.

Durban COP 17: UNFCCC fudges decision on climate finance and makes little progress on REDD+ safeguard implementation

Parties to the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) at their recent COP17 did not support performance indicators for reporting on the implementation of indigenous peoples’ rights in REDD+. However, they did recognise that REDD+ benefits have to go beyond carbon to include biodiversity conservation and support for local livelihoods.

Forest Peoples Programme, with a delegation of indigenous peoples from Guyana, Kenya, Cameroon, Suriname and Peru, attended preparatory negotiations and the 17th Conference of the Parties of the UNFCCC in Durban, South Africa, in late November/early December 2011. The main purpose of FPP’s attendance was to support the Indigenous Peoples’ Caucus and closely follow negotiations on REDD+ safeguards and finance. 

CdP 17 à Durban : la CCNUCC esquive une décision sur le financement du climat et n’accomplit que des progrès limités concernant la mise en œuvre des mesures de sauvegarde REDD+

Lors de la récente CdP 17, les parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) n’ont pas soutenu les indicateurs de performance pour rendre compte de la mise en œuvre des droits des peuples autochtones dans REDD+. Toutefois, elles ont reconnu que les avantages REDD+ doivent aller au-delà du carbone et inclure la conservation de la biodiversité et le soutien aux moyens de subsistance locaux.

Le Forest Peoples Programme, avec une délégation de peuples autochtones du Guyana, du Kenya, du Cameroun, du Suriname et du Pérou, a participé aux négociations préparatoires et à la 17e Conférence des Parties à la CCNUCC à Durban, en Afrique du Sud, fin novembre/début décembre 2011. La présence du FPP avait pour objectif principal de soutenir l’Assemblée des peuples autochtones et de suivre de près les négociations concernant les mesures de sauvegarde et le financement REDD+.