À l’intérieur et autour des aires protégées du Cameroun

Baka harvesting honey in the Cameroon forest
Baka harvesting honey in the Cameroon forest

À l’intérieur et autour des aires protégées du Cameroun

Au cours des dernières années, l’État camerounais a négocié des accords d’accès et d’utilisation, communément appelés « Memoranda of Understanding » (MoU), avec les communautés Baka touchées par différentes aires protégées. Ces accords visent à assurer que les communautés autochtones conservent ou retrouvent l’accès à leurs terres et ressources à l’intérieur des aires protégées afin d’y pratiquer leurs activités traditionnelles et d’en assurer une utilisation coutumière durable.  

Le présent rapport analyse l’efficacité réelle des MoUs pour améliorer l’accès des communautés autochtones à leurs terres et ressources en s’appuyant sur deux études de cas. Les études de cas évaluent deux processus de MoU couvrant quatre aires protégées dans les régions du Sud et de l’Est du Cameroun : la Réserve faunique de Ngoyla et les parcs nationaux de Lobeke, Boumba Bek et Nki.

Le rapport conclut que des efforts importants sont nécessaires pour remédier aux violations des droits humains constamment subies par les communautés autochtones touchées par les aires protégées du Cameroun. Le présent rapport contient des recommandations, aussi bien à l’intention de l’État camerounais que des acteurs de la conservation, pour garantir le respect des droits humains et la plus grande efficacité possible des efforts de conservation.

Nous notons que depuis que la recherche pour ce rapport a été menée, des diverses activités ont été menées par le WWF et d'autres acteurs avec les communautés Baka dans la région de Lobeke, afin de mieux faire connaître le MoU et son contenu. Nous nous réjouissons de cette évolution et des efforts en cours pour régler certains des problèmes mis en lumière dans le présent rapport.