Le Forest Peoples Programme s’est joint à d’autres ONG pour exprimer sa préoccupation au sujet de la reddition des comptes à la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (BAII)

Le Forest Peoples Programme s’est joint à d’autres ONG pour exprimer sa préoccupation au sujet de la reddition des comptes à la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (BAII)

Le FPP a fait part de sa préoccupation dans une déclaration publique concernant la décision imminente du Conseil de la BAII portant sur une proposition de cadre de reddition des comptes qui détermine qui approuve l’utilisation de l’argent des contribuables dans le financement de projets. Il semble que la BAII propose d’accorder à la direction de la Banque le pouvoir d’approuver certains projets, à la place du Conseil exécutif de 12 membres de la Banque. La proposition sape la reddition des comptes et la possibilité pour le public d’examiner ces projets, et à ce titre remet en question la gouvernance de la BAII et sa promesse d’agir conformément à ses principes « simple, propre, et vert ».

Le FPP a également fourni des commentaires au sujet de la proposition de Projet de mécanisme de traitement des plaintes de la BAII. La communication conjointe (accompagnée d’une annexe contenant des observations détaillées) fait état de sa préoccupation quant au fait que la Banque propose un Mécanisme indépendant de reddition des comptes pour les plaintes des communautés qui est bien en deçà des normes d’autres mécanismes de ce type en termes d’accessibilité et de transparence, malgré les promesses de la Banque d’adopter des bonnes pratiques dans ce domaine. De manière générale, la préoccupation que ce mécanisme proposé n’atteigne pas son objectif déclaré de prévention et de résolution des dommages subis par les communautés affectées par les projets est bien réelle.

La déclaration publique, la communication conjointe et son annexe peuvent être téléchargées ci-dessous (en anglais uniquement).