Un marathon n’est pas un sprint : le rôle du financement international de la lutte contre les changements climatiques pour garantir les droits fonciers autochtones au Pérou

A marathon not a sprint: The role of international climate finance in securing indigenous land rights in Peru

A marathon not a sprint: The role of international climate finance in securing indigenous land rights in Peru

Un marathon n’est pas un sprint : le rôle du financement international de la lutte contre les changements climatiques pour garantir les droits fonciers autochtones au Pérou

À la veille de son intervention devant le Forum d’Oslo sur les forêts tropicales (OTFF), l’organisation autochtone nationale péruvienne AIDESEP a publié un rapport conjoint avec le Forest Peoples Programme (FPP) qui souligne les échecs répétés du gouvernement péruvien pour respecter ses engagements progressifs de reconnaissance des droits fonciers autochtones. Sur une note positive, ce rapport rend compte des progrès rapides dans l’enregistrement des terres autochtones grâce aux programmes de financement décentralisés mis en place et supervisés par des organisations autochtones.

Le rapport fait le suivi de l’état des engagements pris par le gouvernement péruvien depuis 2011 dans le cadre de sa stratégie nationale d’atténuation des changements climatiques. Ces promesses incluaient la réforme de ses lois obsolètes sur les droits fonciers autochtones afin de les rendre conformes au droit international relatif aux droits humains, et l’accélération des progrès dans l’attribution de titres fonciers à plus de 1 300 communautés et la délimitation d’environ 20 millions d’hectares de terres autochtones dont la reconnaissance était en instance. Concrètement, le gouvernement s’est engagé à attribuer des titres à au moins 5 millions d’hectares de terres autochtones et a alloué au moins 20 millions de dollars de fonds provenant de donateurs internationaux à cette fin.