Forêts Africaines - Tabernacle des Savoirs: Les Peuples Autochtones et le Consentement, Libre, Informé et Préalable (CLIP)

Les Peuples Autochtones et le Consentement, Libre, Informé et Préalable (CLIP)
By
FPP

Forêts Africaines - Tabernacle des Savoirs: Les Peuples Autochtones et le Consentement, Libre, Informé et Préalable (CLIP)

Soutenir l'autodétermination des communautés forestières est fondamental dans l'approche de FPP dont les principes fondateurs sont enracinés dans les droits humains. Comme vous le constaterez en lisant ce recueil, le concept de consentement libre, préalable et informé (CLIP) est bien reconnu dans la jurisprudence internationale et doit être incorporé dans la législation des États à travers le monde lorsque ceux-ci entament le processus des réformes juridiques au niveau interne. Le CLIP constitue déjà un élément clé de nombreuses initiatives de certification pour les industries extractives et agro-alimentaires, ainsi que pour la conservation et les mesures d'atténuation du changement climatique. Le CLIP est un principe de base qui conduit les contributions des auteurs se trouvant dans ce recueil publié grâce au généreux soutien de l'Agence Suédoise pour le Développement International (SIDA). Les contributions contenues dans ce recueil ne représentent qu'une partie de ce large effort qui vise à soutenir l'application du CLIP sur le terrain en République démocratique du Congo, dans le cadre des projets pilotes REDD+ répartis dans 6 provinces. Ces projets sont implémentés par FPP et 4 Organisations nationales dans le cadre d'un projet intitulé « Financement de la REDD, Droits Humains et Développement Economique pour une Réduction Durable de la Pauvreté des Communautés forestières en RDC ». Grâce à ce projet, FPP et ses partenaires nationaux ont déjà atteint 120 communautés forestières, en mettant en place un système d’accès à des informations et en organisant des formations et des activités d’investissement direct dans des projets de développement économique élaborés sur la base du consentement libre, préalable et éclairé des communautés locales et des peuples autochtones. 

Les contributions des auteurs relèvent plusieurs difficultés rencontrées dans l’application du CLIP et dénoncent le retard des États à intégrer les dispositions internationales dans leurs lois nationales. Ils soulèvent aussi le fait qu'il existe peu de directives sur la manière d'appliquer le CLIP dans des initiatives qui menacent les droits des communautés. Ces menaces sont nombreuses et grandissantes; elles dépendent des prix internationaux des matières premières et des intérêts commerciaux de quête des terres. Des initiatives de conservation se multiplient en réponse à cette situation. L’exploitation forestière et les initiatives de conservation traditionnelle entravent les droits des communautés forestières: toutes les deux ciblent toujours les mêmes ressources dont elles dépendent. Les industries extractives et agro-alimentaires ainsi que les projets de conservation, n’ayant aucune considération envers les droits des communautés ni envers le CLIP, font aggraver la pauvreté et affaiblissent la sécurité alimentaire. Cette situation est inacceptable en 2013 car les communautés forestières sont parmi les populations les plus pauvres du monde. Ce recueil, espérons-le, aidera à ce que les communautés forestières se déplacent vers le centre de prise de décision sur l'avenir de leurs terres coutumières.

Cliquez ici pour lire le livre.