Ressources

« La menace de mort est bien présente et couve ». Les acteurs non-étatiques doivent intervenir pour protéger les défenseurs des droits humains là où les États n’interviennent pas

Les défenseurs des droits humains, les lanceurs d’alerte et les témoins s’exposent à de nombreux dangers dans leur lutte pour mettre en lumière les violations des droits humains et l’utilisation illégale des ressources, les accaparements de terres et la corruption qui y sont liés.

Protéger les défenseurs de la forêt

Environ cinq pour cent de la population mondiale est autochtone, et chaque jour, un très grand nombre de personnes risquent leur vie pour protéger leurs terres ancestrales.

Selon le rapport Defenders of the Earth 2017 de Global Witness, près de 40 pour cent des défenseurs décédés en 2016 étaient autochtones.

Ce tigre n’aime pas l’huile de palme

La monoculture du palmier à huile se répand dans les montagnes de Montes de María en Colombie, ce qui suscite des protestations parmi les communautés privées de terres

Bulletin d'information FPP Octobre 2013 (PDF Version)

Chers amis, 

Le principe selon lequel la jouissance des droits humains constitue à la fois le moyen et l’objectif du développement souligne l’importance du suivi des droits humains comme un moyen de permettre aux détenteurs de droits d’exercer leurs droits, tout en rendant les États et les autres acteurs responsables de leurs obligations en matière de droits humains. 

Les femmes Wayuu de Colombie demandent à l’instance permanente des Nations Unies d’agir

En juillet 2010, Fuerza de Mujeres Wayuu, une organisation de femmes autochtones, créée et composée de membres de la communauté Wayuu en Colombie, a présenté un rapport à l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones (UNPFII) qui dénonce les multiples formes de violations des droits humains auxquelles les femmes Wayuu font face en raison de leur genre et de leur appartenance à un groupe autochtone qui lutte pour la reconnaissance de ses droits fonciers en Colombie.