Ressources

Pleins feux sur nos partenaires : entretien avec Louis Biswane de l’Organisation des peuples kalin’a et lokono de Marowijne (KLIM), au Suriname

Dans cette édition de « Pleins feux sur nos partenaires », nous nous entretenons avec Louis Biswane de l’Organisation des peuples kalin’a et lokono de Marowijne (KLIM) au Suriname. Louis a récemment participé au Programme de bourses en faveur des autochtones (IFP) du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) à Genève du 17 juin au 12 juillet, pour le compte de KLIM. Dans cet entretien, Louis nous parle de son expérience à Genève : ce qu’il a appris, et comment les compétences et les connaissances acquises soutiendront le travail de KLIM. 

Bulletin d'information FPP Octobre 2013 (PDF Version)

Chers amis, 

Le principe selon lequel la jouissance des droits humains constitue à la fois le moyen et l’objectif du développement souligne l’importance du suivi des droits humains comme un moyen de permettre aux détenteurs de droits d’exercer leurs droits, tout en rendant les États et les autres acteurs responsables de leurs obligations en matière de droits humains. 

Bulletin d'information FPP Juillet 2013 (PDF Version)

Chers amis,

La reconnaissance mutuelle, le respect mutuel et les avantages réciproques figurent parmi les attributs souhaitables de toute relation humaine. Les peuples autochtones et les autres peuples des forêts s’attendent eux aussi à trouver ces qualités dans leurs relations avec des tiers, qu’il s’agisse de gouvernements, d’entreprises privées, d’ONG ou d’autres organisations et communautés de peuples autochtones. Cette édition du bulletin d’information du Forest Peoples Programme rend compte du statut de diverses relations entre les peuples des forêts et différentes institutions, au fur et à mesure de leur établissement, mise à l’épreuve ou rupture, suite à des revendications en faveur du respect des droits humains fondamentaux, de la justice sociale et de la solidarité.

Partage des savoirs : des organisations autochtones du Suriname et du Guyana partagent leurs expériences en matière de cartographie des ressources communautaires et de planification de la gestion territoriale

En mars 2013, une délégation de six membres de l’Organisation des peuples kalin’a et lokono de Marowijne (KLIM) du Suriname s’est rendue dans les régions du Sud-Central et de l’Extrême-Sud du Guyana pour effectuer une visite auprès des peuples wapichan et makushi (unis dans le cadre de SCPDA, l’Association pour le développement des peuples du Sud-Central), afin de partager des expériences et des approches en matière de cartographie des ressources communautaires et de planification de la gestion territoriale. Cette visite d’échange entre des partenaires du Forest Peoples Programme a démontré la grande valeur et les avantages de l’apprentissage intercommunautaire. Cette visite, voulue de longue date par KLIM et SCPDA, a été rendue possible grâce à une subvention de la Fondation Siemenpuu. 

Le Président du Suriname met un terme à une conférence sur les droits fonciers suite à des demandes claires des peuples autochtones et tribaux

Les peuples autochtones et tribaux du Suriname restent ouverts au dialogue

Association des leaders villageois autochtones du Suriname (VIDS)

Une conférence organisée par le Gouvernement du Suriname les 21 et 22 octobre 2011, qui avait pour objectif de clarifier les positions et les propositions en matière de droits fonciers et d’établir une compréhension mutuelle entre le Gouvernement et les peuples autochtones et tribaux (maroon), s’est achevée de façon très abrupte. Le Gouvernement l’a même qualifiée de « désastre » le 23 octobre 2011. Surpris par la forte solidarité et la collaboration entre les peuples autochtones et tribaux du Suriname, et à travers un acte signifiant un grand manque de respect à l'égard des leaders traditionnels qui avaient parcouru de longues distances pour participer à la conférence, le Président du Suriname a décidé de clore la conférence prématurément, suite à la présentation par les peuples autochtones et tribaux de leur prise de position commune sur les droits aux terres et aux ressources. Suite à cela, tout dialogue entre les peuples autochtones et tribaux et le gouvernement a cessé.

Les pratiques coutumières des peuples autochtones occuperont le devant de la scène lors de la prochaine réunion de la CDB

Les pratiques coutumières durables des peuples autochtones, traitées dans l'Article 10 c) de la Convention sur la diversité biologique (CDB), seront l'un des principaux thèmes de discussion lors de la prochaine réunion du Groupe de travail sur l'Article 8 j) et les dispositions connexes ((WG-8(j) 6) de la CDB à Montréal, du 2 au 6 novembre 2009. Une question clé à l'ordre du jour est la façon dont les Parties à la Convention peuvent améliorer la mise en œuvre de cet important article. Le message des communautés autochtones et locales, transmis avant la réunion, est que garantir les droits à la terre et aux ressources sont une condition nécessaire pour l'application effective de l'Article 10 c).

Prix Goldman pour l’environnement 2009 décerné aux Saramaka

Lors d’une cérémonie à San Francisco, ce prix a été décerné aux leaders de la communauté marronne saramaka pour leur travail sur l’affaire du peuple saramaka contre le Suriname de 2007, jugée par la Cour interaméricaine des droits de l’homme. Cette affaire a finalement conduit à une décision déterminante pour les peuples autochtones et tribaux des Amériques en matière de contrôle de l'exploitation des ressources sur leurs territoires.