Ressources

Le gouvernement du Royaume-Uni peaufine des propositions de fonds bilatéral sur la déforestation et le climat

Le lancement d’un nouveau fonds britannique attendu de longue date visant à lutter contre les facteurs de déforestation dans les pays forestiers est en attente, alors que des institutions gouvernementales du Royaume-Uni poursuivent la finalisation du dossier de l’initiative. Entre-temps, des ONG du Royaume-Uni ont continué de faire pression auprès du gouvernement afin d’assurer la transparence de la structure de gouvernance du fonds, qui sera axé sur le soutien aux pays tropicaux pour lutter contre la déforestation et diminuer les émissions dues à l’utilisation des terres. 

Le gouvernement du Royaume-Uni sollicite l’avis du public concernant des propositions visant à lutter contre la déforestation

Le gouvernement du Royaume-Uni invite le public à faire part de ses commentaires concernant ses propositions en matière de lutte contre les émissions liées à la déforestation et à l’utilisation des sols dans les pays en voie de développement dans le cadre du Fonds international pour le climat (International Climate Fund - ICF) du Royaume-Uni, géré conjointement par le DECC[1], le DFID[2] et le DEFRA[3].

Le Gouvernement du Royaume-Uni poursuit le développement de plans de soutien aux pays en développement dans la lutte contre la déforestation

Le Gouvernement britannique finalise actuellement ses plans visant à contribuer à la réduction de la déforestation mondiale dans le cadre d’un fonds international pour le climat (ICF) dédié du Royaume-Uni, d'une valeur de 2,9 milliards de livres sterling. L’ICF a été établi par le Royaume-Uni pour « aider les pays en développement à lutter contre les changements climatiques et la pauvreté[1] » et comprend une composante spécifique sur les forêts, actuellement développée par le Département pour le développement international (DFID) et le Département de l’énergie et des changements climatiques (DECC). Une partie des fonds a déjà été affectée au programme du gouvernement Gouvernance forestière, marchés et climat, qui vise à aider les pays FLEGT à « poursuivre et redoubler leurs efforts pour lutter contre l’abattage illégal…..et soutenir la traçabilité de la chaîne d’approvisionnement de bois »[2]. Il semble que le Gouvernement du Royaume-Uni prévoit maintenant d’étendre cette approche à d’autres matières premières qui représentent actuellement des moteurs de la déforestation tels que le soya et l’huile de palme.

Le 9ème Dialogue de l’Initiative pour les droits et ressources sur les forêts, la gouvernance et les changements climatiques

Le 9ème Dialogue de l’Initiative pour les droits et ressources sur les forêts, la gouvernance et les changements climatiques, co-organisé avec le Forest Peoples Programme, Tebtebba et Forest Trends, a eu lieu à Londres, au Royaume-Uni, le 8 février 2011. Le Dialogue a réuni plusieurs acteurs clé de la REDD, notamment des représentants des organisations des peuples autochtones, les gouvernements du Royaume-Uni, du Mexique et de la Norvège, le secteur bancaire, des ONG et des chercheurs.  

Le consensus ayant émergé des discussions était que la REDD ne devrait pas se poursuivre tant que des garanties claires n’auront pas été mises en place. Gregory Barker, Ministre adjoint du Ministère de l’énergie et du changement climatique du gouvernement britannique, a souligné qu’il était crucial, avant que les projets REDD ne soient réalisés, d’évaluer les moteurs de la déforestation, de garantir un régime foncier clair et d’assurer un partage équitable des avantages pour les peuples autochtones. Dans ce but, il a affirmé que le gouvernement britannique appliquera des garanties dans les accords bilatéraux REDD avec les peuples autochtones et les communautés locales. Malgré cet engagement, il n'a pas indiqué si le Royaume-Uni oeuvrerait en faveur de garanties plus strictes dans les processus de préparation de l’initiative FCPF de la Banque mondiale.