Ressources

Les peuples autochtones déclarent l’état d’urgence environnementale dans l’Amazonie péruvienne

Les communautés de la région de Bajo Huallaga dans l’Amazonie péruvienne ont déclaré « l’urgence environnementale et territoriale » le 16 septembre de cette année, suite aux effets graves et continus sur leurs ressources naturelles, territoires et habitants des accaparements de terres et de la déforestation de leurs terres par des entreprises exploitant le bois et le palmier à huile.

Une action urgente est nécessaire afin de mettre fin à la prise de contrôle sur des terres des peuples autochtones pour des projets de grande envergure en Indonésie

Une action urgente est nécessaire pour mettre fin à la prise de contrôle sur des terres des peuples autochtones pour des projets de grande envergure dans des provinces où les forêts abondent comme le Kalimantan et la Papouasie en Indonésie. La destruction des forêts et des rivières sape les moyens de subsistance des Autochtones locaux, et détruit les terres ancestrales. Entre 40 et 70 millions de personnes des zones rurales d’Indonésie dépendent de l’accès aux terres et aux ressources, y compris pour l’eau potable et l’assainissement. Ces terres et ressources sont protégées par des lois coutumières.

Victoire juridique pour Santa Clara de Uchunya

Flash info : Une décision juridique historique pour les peuples autochtones du Pérou lorsque la plus haute instance du pays a accepté de résoudre l’action en justice déposée par la communauté Shipibo de Santa Clara de Uchunya.

Les peuples autochtones en Ouganda rendent public le Mémorandum de Kisoro – un document historique présentant leurs droits

À la fin de trois journées intenses de discussion, d'échanges et de rédaction, des représentantes des peuples ik, tepeth, batwa, benet et ngikarimajong ont rendu public le Mémorandum de Kisoro, une déclaration définitive de leurs droits et de leurs attentes en matière de soutien de la part de leur gouvernement et d’autres acteurs, dont le système des Nations Unies.

Qu’adviendra-t-il des Sengwer et du projet WaTER de l’UE ?

Les violences subies par les Sengwer aux mains du KFS se sont poursuivies, mais plusieurs événements et rapports qui ont suivi les faits ont souligné qu’une refonte complète du projet WaTER financé par l’UE est nécessaire avant qu’il ne puisse reprendre.

« Sans droits fonciers autochtones, il n’y aura ni Amazonie ni sécurité pour l’humanité »

Oslo, mercredi 27 juin 2018. À la veille de son intervention devant le Forum d’Oslo sur les forêts tropicales (OTFF), l’organisation autochtone nationale péruvienne AIDESEP a publié un rapport conjoint avec le Forest Peoples Programme (FPP) qui met en exergue les échecs répétés du gouvernement péruvien pour respecter ses engagements progressifs de reconnaissance des droits fonciers autochtones. Sur une note positive, ce rapport rend compte des progrès rapides dans l’enregistrement des terres autochtones grâce aux programmes de financement décentralisés mis en place et supervisés par des organisations autochtones.

Solutions de chaine d’approvisionnement pour les peuples et les forêts

​​​​​​​Les délégués du forum sur «les droits de l'homme, la déforestation et les chaînes d'approvisionnement» sont en visitent à Paris pour interpeller les gouvernements et les entreprises à mettre en place des mesures fortes pour la protections des communautés et leurs forêts.

Peuples autochtones et défenseurs de la forêt bravent les meurtres et les intimidations pour exhorter les gouvernements européens à respecter leurs engagements en matière de droits humains et lutter contre la déforestation due aux matières premières

Des dirigeants autochtones et des défenseurs des droits humains de quatre pays abritant des forêts tropicales se rendent à Paris pour appeler instamment à agir contre la déforestation et les violations des droits humains lors de la réunion multipartite du 27 juin du

La menace de la criminalisation

L’année 2017 a été marquée par un nombre record d’assassinats de défenseur-e-s des droits humains. À la suite de la mort de Berta Cáceres en mars 2016,(1) on a constaté une plus grande prise de conscience de