Ressources

Appel à la garantie de protections

FPP soutient l’appel des organisations régionales d’Asie - des peuples autochtones et d’autres acteurs de la société civile – qui demandent à la Banque Asiatique de Développement de conserver l’accès public à l’information et de renforcer la politique des domaines clé.

L’entreprise Wilmar International impliquée dans une fusillade policière contre deux fermiers sur une propriété d’huile de palme

Des ONGs indonésiennes se sont fortement opposées aux autorités du gouvernement d’Indonésie au sujet d’un incident qu’ils ont enregistré le 18 décembre 2017, lorsque des forces de police ont tiré et blessé deux fermiers. Les tirs ont eu lieu sur une des plantations d’huile de palme de l’entreprise Wilmar International, en Kalimantan Centrale, en Indonésie sur l’île de Bornéo.

Une société du secteur de l’huile de palme du groupe Melka au Pérou quitte la RSPO et se voit infliger une amende

Depuis 2014, la communauté autochtone shipibo de Santa Clara de Uchunya, avec l’appui de FECONAU (la Fédération des communautés natives d’Ucayali) a contesté les activités de la société du secteur de l’huile de palme Plantaciones de Pucallpa SAC (PdP), qui a détruit plus de 5 000 hectares de ses forêts traditionnelles dans la région d’Ucayali au Pérou. Récemment, les luttes de la communauté ont commencé à aboutir à des résultats significatifs.

Appels à une protection accrue des droits autochtones dans le secteur agro-industriel en Asie du Sud-Est

« Pour les peuples autochtones, l’environnement est étroitement lié à chaque aspect de leur vie et de leur survie. Ils sont les piliers de la bonne gouvernance de l’environnement ». C’est avec ces mots que Tan Sri Razali Ismail, de la Commission des droits humains de la Malaisie (SUHAKUM), a salué les participants à la 6e Conférence de l’Asie du Sud-Est sur les droits humains et l’agro-industrie.

N'abandonner aucune terre : expulsions forcées et accaparements de terres à grande échelle à Bukanga Lonzo

Des petits agriculteurs et des communautés de la République démocratique du Congo (RDC) sont préoccupés par des projets du gouvernement visant à accorder entre 16 et 20 concessions de très grande taille sous forme de « parcs agro-industriels » dans le cadre du Plan d’investissements agricoles national 2013-2020, d’un montant de 6 milliards de dollars des États-Unis.

La norme en matière d’huile de palme lutte pour rétablir sa crédibilité

Les révélations récentes selon lesquelles la plupart des organismes de certifications évaluant la performance des plantations de palmiers à huile ne respectent pas la norme de la Table ronde pour une huile de palme durable (RSPO) ont stupéfié de nombreuses grandes marques, qui dépendent de la RSPO pour garantir les caractéristiques de l’huile de palme dont elles s’approvisionnent.

Exigences sociales pour la conservation et le développement des forêts contenant des stocks de carbone élevés

Quand de grandes marques comme Nestlé ou Unilever prennent des engagements en matière de « déforestation nulle », les consommateurs peuvent se sentir rassurés quant au fait que les produits qu'ils achètent au supermarché n'ont pas contribué à la déforestation tropicale. Mais il est plus facile de faire des promesses que de prouver qu'elles ont été tenues.

Comment le projet WaTER de l’UE peut-il contribuer à garantir les droits humains au Kenya et non à les saper ?

Les implications du projet de l’Union européenne pour la protection des châteaux d’eau et l’atténuation et l’adaptation climatiques (Water Tower Protection and Climate Change Mitigation and Adaptation Project - WaTER), d’un montant de 31 millions d’euros et qui porte sur une région du Kenya connue pour son passé inquiétant en matière de droits humains, préoccupent de plus en plus la société civile locale, nationale et internationale.

« Forêts très denses en carbone » : difficultés de mise en œuvre

En réponse à des pressions des consommateurs pour éliminer la déforestation des produits en vente sur les étalages des supermarchés, des entreprises font de nombreuses promesses de « déforestation zéro », souvent accompagnées d’engagements d’« exploitation zéro ». Ces entreprises cherchent à garantir que les produits qui entrent dans leurs « chaînes d’approvisionnement » « n’incarnent pas la déforestation » et ne sont pas associés à des accaparements de terres et à des violations des droits humains et des droits du travail. Ces engagements sont bienvenus mais soulèvent de nombreuses questions : qu'exigent-ils dans la pratique et comment la performance des entreprises peut-elle être vérifiée ?

Violations des droits humains et agro-industrie – Que justice soit faite immédiatement pour les communautés affectées !

Des groupes de défense des droits humains inquiets se sont réunis à l’occasion de la 5e Réunion régionale sur les droits humains et l’agro-industrie en Asie du Sud-est

Les incendies de forêt ravageurs en Indonésie et les nombreuses exécutions extrajudiciaires liées aux accaparements de terres de l’agro-industrie dans toute l’Asie du Sud-est ont fait les gros titres dans le monde entier. Ces violations choquantes des droits humains fondamentaux des peuples ont contraint des groupes de défense des droits humains préoccupés à se rassembler à l'occasion de la 5e Réunion régionale sur les droits humains et l’agro-industrie en Asie du Sud-est les 5 et 6 novembre 2015 à Puerto Princesa, sur l’île de Palawan aux Philippines.