Ressources

Les peuples autochtones en Ouganda rendent public le Mémorandum de Kisoro – un document historique présentant leurs droits

À la fin de trois journées intenses de discussion, d'échanges et de rédaction, des représentantes des peuples ik, tepeth, batwa, benet et ngikarimajong ont rendu public le Mémorandum de Kisoro, une déclaration définitive de leurs droits et de leurs attentes en matière de soutien de la part de leur gouvernement et d’autres acteurs, dont le système des Nations Unies.

Bulletin d'information FPP Juillet 2013 (PDF Version)

Chers amis,

La reconnaissance mutuelle, le respect mutuel et les avantages réciproques figurent parmi les attributs souhaitables de toute relation humaine. Les peuples autochtones et les autres peuples des forêts s’attendent eux aussi à trouver ces qualités dans leurs relations avec des tiers, qu’il s’agisse de gouvernements, d’entreprises privées, d’ONG ou d’autres organisations et communautés de peuples autochtones. Cette édition du bulletin d’information du Forest Peoples Programme rend compte du statut de diverses relations entre les peuples des forêts et différentes institutions, au fur et à mesure de leur établissement, mise à l’épreuve ou rupture, suite à des revendications en faveur du respect des droits humains fondamentaux, de la justice sociale et de la solidarité.

Le people autochtone Batwa acquiert plus de connaissances sur le genre

Un atelier sur le genre a eu lieu du 19 au 21 novembre à Kisoro, dans le sud-ouest de l’Ouganda. Cet atelier qui s’est révélé une réussite avait pour but d’initier le peuple Batwa aux aspects généraux relatifs au genre.

L’atelier a été facilité par le United Organisation for Batwa Development in Uganda (UOBDU) et le Forest Peoples Programme et a vu la participation de cinquante hommes et femmes Batwa provenant des districts de Kanungu, Mbarara, Kabale et Kisoro. Des jeunes âgés de 14 à 20 ans ont également pris part à l’atelier.

Les Batwa d’Ouganda achèvent le modèle tridimensionnel de leur forêt ancestrale de Bwindi

En 2009, un groupe de représentants batwa de l’Ouganda s’est rendu dans les communautés ogiek du Kenya afin de s'informer de leur situation et des différentes stratégies de plaidoyer qu'elles utilisaient. L’une de ces stratégies consistait à utiliser la modélisation participative tridimensionnelle (P3DM), qui a aidé les Ogiek à stimuler l’intérêt les institutions kényanes envers leurs droits à leur territoire ancestral, la forêt Mau. Les Batwa ont été impressionnés par la simplicité de la technique P3DM et ont conclu leur visite avec  l’espoir de pouvoir l’appliquer à leur propre contexte.

Deux ans plus tard, en juin 2011, avec le soutien de la Fondation ARCUS, les Batwa ont commencé la modélisation tridimensionnelle de leur territoire ancestral, le Parc national Impénétrable de Bwindi. Plus de 100 représentants des communautés batwa des environs de Bwindi, y compris les jeunes, les anciens, les femmes et les hommes, ont participé à cet exercice sur une période de trois semaines.

La décision sur les droits des peuples autochtones relative aux Endorois oriente une réunion régionale de haut niveau en Afrique

Les droits fonciers des peuples autochtones et les droits humains des communautés minoritaires ont été débattus à Kampala, en Ouganda, le 4 mars 2011, à l’occasion du premier Dialogue régional d’Afrique de l’Est sur les droits des communautés minoritaires. Cet événement fut le résultat de la collaboration entre de nombreuses organisations nationales et internationales, notamment le United Organisation for Batwa Development in Uganda, Forest Peoples Programme, Minority Rights Group International, Institute for Law & Environmental Governance, Uganda Land Alliance et Advocates Coalition for Development and Environment. Ont participé à ce dialogue des représentants de peuples autochtones et de communautés minoritaires provenant de toute l'Afrique de l'Est, ainsi que des organisations gouvernementales et de la société civile d'Ouganda et du Kenya. Les invités d’honneur étaient entre autres la Ministre d’État de l’Ouganda pour les questions de genre et de la culture, le Président de la Commission des droits de l’homme de l’Ouganda, l’ancien Commissaire de la Commission africaine Bahame Tom Nyanduga, des représentants du Groupe de travail d’experts sur les populations/communautés autochtones de la Commission africaine, ainsi que des leaders autochtones du Rwanda, de l’Ouganda, du Burundi, du Kenya et de la Tanzanie.

Les Batwa du sud-ouest de l’Ouganda ont officiellement inauguré leur nouveau projet dans le domaine du tourisme

Par le biais de leur organisation, United Organisation for Batwa Development (UOBDU), les Batwa du sud-ouest de l’Ouganda ont officiellement inauguré leur nouveau projet dans le domaine du tourisme en association avec la « Uganda Wildlife Authority » le premier juillet 2010. Un article intitulé « Trail of hope for Uganda's lost Pygmy tribe » (Un rayon d’espoir pour la tribu pygmée perdue d’Ouganda) publié à ce sujet dans The Guardian  du 17 juillet 2010 souligne que « ...pour la première fois, les Batwa sont impliqués dans la conservation et la gestion du parc national, même s’ils vivent encore à l’extérieur. » Cliquez ici pour lire l’article du Guardian.

Réunions entre les Batwa de l'Ouganda et les leaders gouvernementaux à Kampala

En décembre 2009, la communauté Batwa du sud-ouest de l'Ouganda et l'organisation qui la représente, la United Organisation of Batwa Development in Uganda (UOBDU), ont maintenu leurs efforts afin de protéger leurs droits en tenant une série de réunions avec les représentants gouvernementaux locaux et nationaux.