Ressources

Les femmes autochtones des Amériques luttent contre la discrimination

Des organisations autochtones et des droits humains des Amériques travaillent de concert pour élaborer une méthode spécifique d’étude, de documentation et de lutte à appliquer aux affaires des femmes autochtones défendues dans le système de justice. Les organisations participantes sont notamment ONIC - l’Organisation nationale autochtone de Colombie, COAJ – le Conseil des organisations autochtones de Jujuy (Argentine), SER - Services du peuple mixe (Mexique), QNW – Femmes autochtones du Québec (Canada), et AJDH, Avocats pour la justice et les droits humains (Mexique). Ce travail est conduit dans le cadre d’un projet intitulé Discrimination fondée sur l’ethnie et le genre dans les Amériques : le cas des femmes autochtones.

Perempuan Adat di Amerika melawan diskriminasi

Organisasi hak-hak asasi manusia dan hak adat dari seluruh Amerika tengah bekerja sama untuk mengembangkan sebuah metodologi khusus untuk menyelidiki, mendokumentasikan dan memperjuangkan kasus-kasus perempuan adat melalui sistem peradilan. Organisasi-organisasi yang terlibat mencakup ONIC, Organisasi Adat Nasional Kolombia; COAJ, Dewan Organisasi Adat Jujuy (Argentina); SER, Layanan Masyarakat Mixe (Meksiko); QNW, Perempuan Adat Quebec (Kanada); dan AJDH, Pengacara untuk Keadilan dan Hak Asasi Manusia (Meksiko). Kerja ini tengah dilakukan dalam kerangka sebuah proyek yang disebut Diskriminasi berbasis etnis dan gender di Amerika: kasus perempuan adat.

Article invité : la Nation Nishnawbe Aski du Canada - "Expropriation des terres autochtones pour les aires protégées désignées par le gouvernement au nord de l’Ontario, Canada"

La vérificatrice générale du Canada indiquait dans son rapport de juin 2011 que les conditions de vie dans les réserves des Premières Nations étaient toujours bien plus dures qu’ailleurs au Canada. Revenant sur ses dix années d'exercice, elle affirmait qu’un changement capital s'imposait pour résoudre ce problème. En 2010, la Canada a enfin approuvé la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (UNDRIP) après avoir été l’un des quatre gouvernements à voter contre son adoption lors de l’Assemblée Générale en 2007.