Ressources

Sortie du film « Dwindling Forests: Dwindling Futures? Mangroves and forest peoples under threat in the Sundarbans, Bangladesh »

Un nouveau court métrage réalisé en collaboration avec les communautés forestières des Sundarbans souligne combien l’utilisation coutumière de la biodiversité par les utilisateurs traditionnels des ressources dans les mangroves des Sundarbans est essentielle pour la conservation et l’utilisation durable de cette zone humide d’importance internationale, qui accueille un site du patrimoine mondial de l’UNESCO et un site RAMSAR. Cependant les savoirs traditionnels et l’utilisation coutumière sont ignorés par le Gouvernement du Bangladesh, et les peuples de la forêt sont exclus du processus de prise de décisions et de la gestion de la forêt. Le film appelle au respect et à la reconnaissance des savoirs et des pratiques des utilisateurs traditionnels des ressources et à une approche participative à la gestion des Sundarbans dans le cadre de l’application de la Convention sur la diversité biologique (CDB), ainsi qu’au respect de la dignité des peuples de la forêt et à la protection de leurs moyens de subsistance et de leur futur.

Malaisie - Radio Free Sarawak commence à émettre

Radio Free Sarawak a commencé à émettre en novembre 2010. La nouvelle station de radio alternative proposera chaque jour deux émissions sur les ondes courtes. Leur public cible est composé des communautés rurales de Sarawak, qui n’ont pas accès aux médias indépendants. Informations relatives aux émissions :

1ère émission : 06h30-07h30 heure locale (GMT +8) sur 7590 kHz (ondes courtes)

2ème émission : 18h00-19h00 heure locale (GMT +8) sur 15680 kHz (ondes courtes)

Des fonds REDD norvégiens « non garantis » soulèvent une controverse

Les progrès déplorablement lents des négociations intergouvernementales pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ont incité en mai le gouvernement norvégien à affecter ses fonds à travers un mécanisme de financement ad hoc parallèle afin de payer les pays en développement pour qu’ils réduisent leurs émissions causées par la déforestation. Le processus a d’abord été mis en place avec une participation minimale, mais suite aux protestations, le gouvernement norvégien a précisé qu’il exigerait le respect des droits des peuples autochtones et une bonne gouvernance. Ces affirmations semblent être de plus en plus vides de sens.

Huile de palme, droits humains et Banque mondiale – Actualité

Depuis les années 1980, le Groupe de la Banque mondiale a investi plus de 2 milliards de dollars US dans la promotion du commerce mondial de l’huile de palme. Le développement de cette culture en monocultures intensives, notamment en Asie du sud-est, a été associé au défrichement à grande échelle des forêts tropicales, à l’accaparement des terres et à la violation généralisée des droits humains. En réponse à nos plaintes, le Groupe de la Banque mondiale a gelé le financement de ce secteur à travers le monde pendant qu’il élaborait une stratégie globale d’engagement. Un premier projet a été soumis à des commentaires en juillet. Puisqu’il n’abordait pas les problèmes principaux soulevés lors des consultations, le Forest Peoples Programme et ses partenaires ont encore une fois lancé un appel au Président de la Banque mondiale afin que cette stratégie soit revue. 

L'huile de palme et la Société financière internationale (SFI) - Actualité

En mai et en juin, la Société financière internationale (SFI), l'organe de financement du secteur privé de la Banque mondiale, a enfin entamé un processus de consultation longtemps retardé visant à développer une stratégie révisée définissant les conditions des investissements futurs dans le secteur controversé de l'huile de palme. La SFI a présenté un « document de réflexion » qui propose un résumé intéressant des points de vue des différents acteurs, y compris ceux qui sont critiques à l'égard de la SFI. Les consultations ont eu lieu à Washington, DC, dans trois lieux différents en Indonésie, puis au Ghana, au Costa Rica et enfin en Europe. En étroite collaboration avec un consortium d'ONG indonésiennes, des petits exploitants et des peuples autochtones, le Forest Peoples Programme (FPP) a contribué à rédiger une Déclaration conjointe détaillée à l'intention de la SFI qui présente des propositions pour la stratégie de la SFI et la façon dont elle devrait être développée. Cette déclaration a reçu l'appui de plus de 160 organisations d'Indonésie et du monde entier et a été beaucoup citée par les organisations de soutien lors des consultations qui ont suivi.

Bangladesh - Cyclone Aila: un an après, les souffrances demeurent

Le cyclone Aila a frappé la région côtière du sud-ouest du Bangladesh, en particulier les districts de Satkhira et Khulna le 25 mai 2009, touchant près de 2,3 millions de personnes et faisant 325 morts. Une vague de 10-13m de hauteur inonda la région et emporta un très grand nombre de maisons, de têtes de bétail, de cultures et d'autres ressources en très peu de temps.

Sabah, Malaisie: lettre aux ministres du gouvernement au sujet de la proposition de barrage à Kaiduan et réponse du Ministre du tourisme, de la culture et de l'environnement

En soutien aux communautés potentiellement affectées, la lettre du FPP fait part de préoccupations quant à l'étude de faisabilité, et demande au Gouvernement de s'engager pour mener des consultations complètes avec la participation des communautés et du public avant de prendre une décision. Lire la lettre envoyée au Bureau du Ministre, Ministre du développement des infrastructures et Ministre du tourisme, de la culture et de l'environnement, 8 mars 2010 (uniquement disponible en anglais).La réponse du Ministre, datée du 10 mars 2010, affirme qu'aucune évaluation officielle n'a encore eu lieu, et que les procédures adéquates seront respectées avant que le Gouvernement ne prenne une décision. Lire la réponse du Ministre (uniquement disponible en anglais). 

La pression exercée sur les autochtones Sarawak augmente

Sarawak est à nouveau au centre de l'attention au moment où la pression impitoyable exercée sur les "peuples natifs" s'intensifie. Les activités d'exploitation forestière continuent à s'immiscer dans les territoires ancestraux des peuples Dayak, pénétrant au fin fond des terres du peuple Penan, dans les régions montagneuses du Kelabit et jusqu'aux sources du fleuve Rajang. Les pistes d'abattage s'étendent même au-delà de la frontière en Indonésie. Sur la côte et dans les régions de basse altitude de l'État, de vastes étendues de terre des Dayak sont en train d'être converties en plantations de palmiers à huile.

Réunion du Global Shrimp Network à Khulna, Bangladesh, février 2010

Avec la croissance rapide de la production industrielle de crevettes, de nombreux systèmes de certification de label écologique ont vu le jour, leur objectif étant d'améliorer cette industrie. Néanmoins, la prise en compte significative des droits humains est rarement effective lors de la définition de ces programmes. Le Forest Peoples Programme (FPP) continue à travailler avec les réseaux de communautés côtières afin d'exercer une sensibilisation aux problèmes de l'aquaculture industrielle et de promouvoir une prise en considération significative des droits humains dans le développement des futurs programmes de label écologique.

Les peuples autochtones du Népal demandent à participer à la révision de la constitution

En janvier 2010, le Indigenous Peoples Mega Front, la Lawyers' Association for Human Rights of Nepalese Indigenous Peoples (LAHURNIP) et le Forest Peoples Programme (FPP) ont adressé une demande au Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme et des libertés fondamentales des peuples autochtones, suite au non respect par le Népal des recommandations des Nations Unies concernant l'exclusion des peuples autochtones du processus de révision de la Constitution du Népal. Lien à la Demande au Rapporteur spécial des Nations Unies (uniquement disponible en anglais)