Ressources

Les peuples autochtones et les aires protégées en Afrique : du principe à la pratique - Étude de cas n° 8 - Cameroun – Campo Ma’an

Le degré d’implication des Pygmées Bagyeli dans le plan d’aménagement et de gestion de l’UTO Campo Ma’an.Dans le cadre du projet « Indigenous peoples and protected areas in Africa » [Peuples autochtones et aires protégées en Afrique], une étude de cas a été réalisée dans la zone de Campo, dans le sud-ouest du Cameroun, pour évaluer l’impact de ce projet sur les Pygmées Bagyeli qui vivent dans la région. L’objectif était de vérifier leur niveau de participation au Plan d’aménagement et de gestion du Parc national de Campo Ma’an (PNCM).

From principles to practice: Indigenous peoples and protected areas in Africa - Case study 6: Cameroon – Dja Wildlife Reserve

One forest and two dreams: the constraints imposed on the Baka in Miatta by the Dja Wildlife Reserve.The objective of this study is to gain an understanding, using a local case, of how local communities perceive the constraints imposed upon them by the presence of a conservation project near to their territory.The study was based upon data collected during April and May 2001 in Miatta village, which is situated on the southern periphery of the Dja Wildlife Reserve.THIS PUBLICATION HAS BEEN BROKEN DOWN INTO CHAPTERS FOR THE WEBSITE.

Les peuples autochtones et les aires protégées en Afrique : du principe à la pratique - Étude de cas n° 6 Cameroun – La Réserve de faune du Dja

Une seule forêt pour deux rêves : les contraintes des Baka de Miatta face à la Réserve de faune du DjaLa cohabitation difficile entre les populations indigènes et les projets de conservation, et d’une manière générale entre les objectifs de préservation et les préoccupations de développement, a fait l’objet de nombreuses controverses. Plus ancien sous d’autres cieux, le débat n’a démarré au Cameroun qu’après le début des années 90, sous la double influence du contexte de l’ajustement structurel et de l’après Rio1.