Enfin une victoire pour Long Isun

Long Isun
Long Isun

Enfin une victoire pour Long Isun

Après une décennie de luttes contre la menace de la destruction des forêts, la communauté autochtone de Long Isun a remporté une petite victoire. La concession d'exploitation forestière accordée sur leurs terres ancestrales sans leur consentement sera stoppée et retirée par le Ministère des forêts d’Indonésie, ce qui déclenche le processus pour la reconnaissance d’une superficie de 13 000 hectares en tant que forêt coutumière.

Depuis l'émission de cette concession en 2008, la société d'exploitation forestière PT. Kemakmuran Berkah Timber (KBT) a ignoré, et même étouffé (par l'intimidation et l'emprisonnement), les revendications des groupes Dayak du Haut Mahakam à leur territoire ancestral. Après une longue lutte, cela a maintenant changé. Le 9 février, Christianus Arie - le chef du département des relations publiques du gouvernement Mahakam Ulu - s'est adressé à la presse et a confirmé que la KBT, la communauté de Long Isun, la Commission des forêts (KLHK) et le gouvernement local se sont entendus sur quatre points.

Le plus important d'entre eux est que la catégorie de concession de l'entreprise opérant dans Long Isun a été changée pour le «statu quo» - une qualification qui annule le droit de KBT d'opérer dans la concession - reconnaissant ainsi le droit de la communauté à contrôler ses ressources et initiant ainsi un processus pour la reconnaissance officielle de leurs terres par le ministère des forêts en tant que forêts coutumières. Le changement de statut foncier résulte d'une décision prise en 2013 par la plus haute juridiction indonésienne, qui a retiré du contrôle de l’État les forêts coutumières des peuples autochtones. Une fois reconnue, la forêt coutumière de Long Isun sera protégée contre l’octroiement futur de concessions qui se superposeraient au vaste territoire de la communauté.

C'est une énorme réussite pour la communauté qui, pendant des années, a résisté aux pressions et à l’intimidation venant de l'entreprise afin de garder le contrôle de ses terres. Les représentants du village peuvent enfin pousser un soupir de soulagement à la suite de cet accord. Lusang Arang, le chef coutumier, avait ceci à dire: "Enfin, nos appels ont été entendus. Toute la communauté lutte depuis si longtemps contre KBT, c'est un soulagement de retrouver le contrôle des terres de nos ancêtres. "

C'est un sentiment partagé par Theodorus Tekwan, dont l'histoire avec l'entreprise a été caractérisée par plusieurs séquestrations pour avoir stoppé les opérations de la compagnie sur des terres communautaires. Le membre de la communauté s'adressant à la presse indonésienne a déclaré: "J'ai attendu quatre ans pour ce moment! Depuis que j’ai été mis en arrestation, je n’ai pas cessé une seconde de me battre pour ma terre bien-aimée. Maintenant, elle nous a été rendue. Il est temps de célébrer! La communauté peut enfin respirer à nouveau."

Le conflit entre la communauté de Long Isun et KBT a véritablement commencé en 2014 lorsque la société est entrée dans le territoire de Long Isun, abattant du bois près des sites sacrés de la communauté. La société a justifié ses opérations en vertu de cartes préparées en 2009 par l'ONG environnementale The Nature Conservancy, dans le cadre du projet Heart of Bornéo du World Wildlife Fund. Les cartes, faites à l'insu de la communauté, ont donné 3 000 hectares de terres à une communauté voisine, Naha Aruq. KBT a affirmé qu'ils avaient le droit d'entrer sur le territoire, après avoir obtenu le consentement de Naha Aruq pour travailler dans le territoire contesté. Long Isun a fait référence à plusieurs reprises à une carte élaborée en 1966 (Boven Mahakam) dans laquelle toutes les communautés du Haut Mahakam se sont entendues en regard de leurs frontières coutumières.

Après les pourparlers, les représentants de la communauté de Naha Aruq ont convenu de tenir un caucus autochtone pour résoudre le conflit frontalier de longue date, jetant les bases pour la résolution du conflit frontalier entre Naha Aruq et Long Isun. Le chef coutumier de Long Isun était particulièrement optimiste à propos de ce développement: «Nous sommes maintenant en mesure d'entrer en dialogue avec nos frères Naha Aruq, sans que le problème de l'entreprise ne pèse sur nous. Nous pouvons enfin mettre fin à ce conflit et vivre ensemble en harmonie après tant d'années de souffrance. "

Le directeur de la production de KBT n’a pas voulu discuter les détails de la taille de la zone de concession qui doit être désignée statu quo, mais a reconnu que l'accord conclu était en réalité la meilleure solution pour toutes les parties impliquées. Il a ajouté: "Nous ne voulons pas que le problème perdure et cause une disharmonie dans la communauté, ce qui aurait un impact sur nos propres opérations. Notre zone de concession d'environ 82 000 hectares sera réduite, et il sera nécessaire de modifier le décret sur les droits de concession forestière. "

Le directeur exécutif de WALHI (Amis de la Terre Indonésie) qui a accompagné la communauté de Long Isun lors de leur conférence de presse, a insisté sur le fait que c'était «une victoire longtemps espérée pour la communauté. Tous les problèmes n'ont pas été résolus, et nous continuerons d'être vigilants pour aller de l'avant, néanmoins, une solution rentable a été obtenue. "

Martha Doq, Directrice de Nurani Perempuan, l'organisation qui soutient la communauté depuis le début du conflit, a déclaré: «Ce fut une bataille difficile. À la deuxième demande, nous avons finalement obtenu le résultat souhaité pour la Commission des forêts. Je suis vraiment fière de tous les militants et membres de la communauté qui n’ont jamais douté une seconde que nous pourrions y arriver. Cette bataille a épuisé toutes nos énergies, mais tout cela en valait la peine. Je suis tellement heureuse pour la communauté. Elle a récupéré ses terres."

L'accent est maintenant mis sur le respect de l'accord. L'accord a été signé par les dirigeants respectifs de Long Isun et de Naha Aruq, le directeur général de KBT, le vice-régent de Mahakam Ulu, le directeur exécutif de WALHI East Kalimantan, le président de AMAN East Kalimantan, le directeur du Tenurial Conflict and Customary Forest, le directeur du Centre for Social Forestry and Environmental Partnerships, le Conseil des représentants des peuples de Mahakam Ulu, le chef des forêts du Kalimantan oriental, le conseil coutumier Dayak de Mahakam Ulu et le conseil du sous-district de Long Pahangai.