Pâtes et papiers

Le commerce mondial de pâtes et papiers connaît une phase d’expansion rapide. L’industrie nécessite une énorme quantité de « fibre » dont la plus grande partie provient d’immenses plantations d’arbres à croissance rapide comme certaines espèces d’eucalyptus et d’acacia. Ces plantations sont souvent nées du déboisement de forêts naturelles ou nécessitent la prise de contrôle de vastes étendues de terres cultivables ou « en friche ». Il arrive trop souvent que ces terres et ces forêts soient en fait les terres et territoires coutumiers des peuples autochtones ou qu’elles soient essentielles aux moyens de subsistance des populations rurales démunies. Comme les plantations et les usines de pâtes à papier sont des industries à forte capitalisation (le coût d’une usine moyenne s’élevant à plus de 1 milliard $US), les communautés dont les droits fonciers sont précaires ou peu reconnus ont du mal à s’y opposer.

Déforestation, Lampung, Sumatra, Indonésie
By
FPP
The Toba Pulp Lestari (TPL) company, is expanding its eucalyptus plantations on the lands of indigenous communities
By
KSPPM, LifeMosaic