Les peuples autochtones appellent le nouveau Président de la Banque mondiale à renforcer les mesures de sauvegarde visant à protéger leurs droits

Les peuples autochtones appellent le nouveau Président de la Banque mondiale à renforcer les mesures de sauvegarde visant à protéger leurs droits

Alors que le nouveau Président de la Banque mondiale entrait en fonctions, à Rio+20 98 organisations de peuples autochtones et 48 ONG ont publié une lettre ouverte à l’attention de Jin Yong Kim faisant part de leur frustration et préoccupations quant à l’examen des mesures de sauvegarde actuellement en cours, ainsi que la dilution progressive et l’absence de mise en œuvre des engagements visant à respecter les droits des peuples autochtones.

Les principales sources de préoccupation sont : l’absence d’une approche adéquate fondée sur les droits, conforme à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (UNDRIP) et aux autres obligations et instruments internationaux de droits humains, et l’absence de soutien au FPIC et aux recommandations de la Commission mondiale des barrages et de la Revue des industries extractives. Dans cette lettre, les peuples autochtones appellent la Banque à établir un Conseil consultatif des peuples autochtones, qui serait un point focal sur les questions autochtones, et à garantir un appui financier au renforcement des capacités des peuples autochtones. Le texte complet de la lettre (disponible en anglais et espagnol), soutenue par le FPP, peut être consulté au : http://www.forestpeoples.org/topics/safeguard-accountablility-issues/publication/2012/indigenous-peoples-letter-incoming-presiden