Les peuples autochtones et les aires protégées en Afrique : du principe à la pratique - Étude de cas n° 9 - Afrique du Sud

Indigenous peoples and protected areas in Africa: From principles to practice
By
FPP

Les peuples autochtones et les aires protégées en Afrique : du principe à la pratique - Étude de cas n° 9 - Afrique du Sud

Les ‡Khomani San de l’Afrique du SudLes peuples San d’Afrique du Sud furent décimés au cours du siècle dernier au point d’être menacés d’extinction. Ceux qui survécurent furent chassés de leurs terres ancestrales, et forcés de coexister avec d’autres cultures plus puissantes et dominantes : les pasteurs et les propriétaires terriens coloniaux. De moins en moins de San perpétuèrent leur culture ancienne ; en tant que groupe, ils évoluèrent et leur mode de vie traditionnel ne fut plus qu’un souvenir, depuis qu’ils avaient perdu contact avec le désert du Kalahari.Un groupe de San, parlant plusieurs langues appartenant à la même famille et connus sous le nom de ‡Khomani San, demanda en 1994 la restitution de ses anciens territoires dans le cadre de la nouvelle constitution. Ils exigèrent le respect de leurs droits traditionnels sur leurs terres ancestrales et l’accès à ces terres, situées au sud du Kalahari (la plus grosse partie ayant été intégrée au Kgalagadi Transfrontier Park actuel).En mars 1999, la première phase de cette restitution des terres s’acheva, le gouvernement ayant accordé aux San 40 000 ha de terres agricoles se trouvant à l’extérieur du parc. Ces terres, représentant en tout six exploitations agricoles, devraient permettre à environ 1000 San d’en bénéficier et assurer leur développement, ceux-ci étant actuellement membres du Fonds, bénéficiant par conséquent de l’enregistrement légal de leurs titres de propriété sur ces terres. L’objectif est d’utiliser ces terres pour l’élevage du gibier, l’écotourisme, et pour d’autres activités du même ordre.Cependant, la phase principale de ce processus de revendication territoriale n’a pas encore eu lieu, c’est-à-dire la négociation et l’établissement des droits des San au niveau du parc et en ce qui concerne les terres situées à l’intérieur du parc.Ce document présente certains points essentiels de ce processus de revendication territoriale. Il examine en particulier de quelle manière, lors du processus du Cultural Resource Mapping (localisation des ressources culturelles), on prend en considération la culture et le savoir des San, lesquels découlent de leur lien ancestral avec le désert du Kalahari, une des régions les plus arides du globe. Il examine également de quelle manière cette culture et ces connaissances sont utilisées en tant que fondement nécessaire à cette revendication territoriale ainsi qu’en tant qu’outil indispensable pour le rassemblement d’une communauté démoralisée qui a été complètement dispersée à un moment donné. Les acteurs impliqués dans ce processus espèrent que l’accord final produira un modèle de développement où la conservation de la biodiversité ira de pair avec la conservation de la culture et de tout ce qui constitue l’essence même des ‡Khomani San en tant que peuple.

CETTE PUBLICATION A ÉTÉ DIVISÉE EN DIX CHAPITRES POUR LE SITE WEB. POUR VOIR LA PUBLICATION COMPLÈTE ET LES AUTRES CHAPITRES CLIQUEZ ICI. POUR OBTENIR UNE VERSION RELIÉE DU LIVRE COMPLÈT CONTACTEZ LE BUREAU DE FPP.

ISBN: 0 9544252-1-9 Pages: 312  Broché