Les cueilleurs de miel des hautes collines du Kenya ont besoin d’une urgente aide: les Ogiek du Mont Elgon et les Sengwer des Chepkitale

Fred Matei, un leader Ogiek, au Mont Elgon
By
Forest Peoples Programme

Les cueilleurs de miel des hautes collines du Kenya ont besoin d’une urgente aide: les Ogiek du Mont Elgon et les Sengwer des Chepkitale

Le 6 juin 2000, les landes Chepkitale (le versant kényan du Mont Elgon) ont fait l’objet de publication dans la gazette officielle: les pâturages et les forêts où vivaient les Ogiek  depuis un temps immémorial sont devenus une réserve sans que les Ogiek aient été consultés. Ils furent ensuite contraints d’abandonner leurs collines, leur forêt, leur miel, leur bétail et la transhumance pour vivre sur de minuscules parcelles de terre de 2,5 acres dans les plaines. Les terres environnantes furent octroyées à des peuples voisins dominants. Galvanisés par des politiciens lors de la période précédant les élections de 2007, certains constituèrent une milice armée, la SLDF (Sabaot Land Defence Force, Force de défense de la terre des Sabaot), qui viola et assassina les Ogiek jusqu’à ce qu’ils fuient à nouveau vers les Chepkitale.Les Ogiek supposaient que ces attaques visaient à prendre leurs terres agricoles, mais ils furent poursuivis. Les Ogiek racontent comment, bien qu’ils soient en nette infériorité numérique par rapport à la milice armée SLDF, ils sont descendus des montagnes et ont repoussé la SLDF sans difficulté, à l’aide de flèches leur permettant de se défendre et de défendre leur terre. Les efforts des ONG pour aider les Ogiek ont été contrecarrés par l’Administration provinciale. En 2008, une clinique de Médecins Sans Frontières (MSF) fournissant des soins médicaux aux Ogiek a été brûlée par la police et les rangers du Service forestier du Kenya (KFS). L’aide humanitaire de la Croix-Rouge kényane n'a pas non plus pu parvenir aux Ogiek. Depuis lors, les routes menant à Chepkitale ont été barrées par des agents du KFS et les véhicules qui essaient de se rendre auprès des Ogiek n’ont pas été autorisés à passer, pas même pour transporter des femmes enceintes ou des personnes gravement malades à l’hôpital. Pendant la même période, le nombre d’éléphants, qui avait été réduit à seulement 50 par les braconniers lorsque les Ogiek n’étaient pas présents, est passé à plus de 300 en quelques années après le retour des Ogiek.La situation doit être résolue avant les prochaines élections en 2012, quand un pouvoir important sera transmis aux gouvernements des comtés dominés par les mêmes personnes que celles qui cherchent à dominer tant les Ogiek du Mont Elgon que le peuple Sengwer des clairières des forêts sur les collines voisines de Cherangany. Les Sengwer et les Ogiek ont des modes de vie similaires et font face à des menaces semblables : chaque année, toutes les maisons des Sengwer sont brûlées par le KFS.Les Ogiek et les Sengwer ont besoin d’aide de toute urgence pour recouvrer leurs droits à leurs terres, à leurs forêts et à leur sécurité. Ils cherchent à obtenir les soutiens suivants : (i)    Pour leur procès contre l'expulsion des Ogiek de leurs terres en 2000 (ii)    pour mettre fin aux violations des droits humains des Ogiek et des Sengwer et pour faire face aux conséquences de la nouvelle constitution (iii)    Pour renforcer les institutions, et en particulier l’établissement d’un Forum des chasseurs-cueilleurs qui défend les libertés fondamentales, les droits humains et autochtones des Ogiek, des Sengwer et des autres chasseurs-cueilleurs de minorités ethniques peuples autochtones(iv)    Pour déposer une requête auprès du Panel d’inspection de la Banque mondiale – il y a déjà des violations notables du Cadre de planification en faveur des populations autochtones (IPPF) que le Kenya a adopté pour recevoir des fonds pour les projets de gestion des ressources naturelles (NRMP) et d’atténuation des inondations au Kenya occidental (WKCDD/FMP).Fred Ngeywo (Ogiek du Mont Elgon) Yator Kiptum (Sengwer Indigenous Development Project), Kanyinke Sena (IPACC, Kenya) et Justin Kenrick (Forest Peoples Programme). Contact : Justin Kenrick justin@forestpeoples.org

Tente de l’UNICEF au Mont Elgon
By
Forest Peoples Programme
Mont Elgon
By
Forest Peoples Programme
Arbre au Mont Elgon
By
Forest Peoples Programme
En route pour le Mont Elgon
By
Forest Peoples Programme