Peuples des forêts du Bassin du Congo, droits et réalisation des avantages REDD

Les communautés locales et autochtones du District de Bikoro dépendent des forêts pour la plupart de leurs moyens d'existence
By
John Nelson, Forest Peoples Programme

Peuples des forêts du Bassin du Congo, droits et réalisation des avantages REDD

Une équipe du Forest Peoples Programme s’est récemment rendue dans les communautés forestières de la Province de l’Équateur, en République démocratique du Congo (RDC), que le FPP soutient depuis 2009 grâce à un partage d’informations et à des réunions de consultation en matière de REDD et de prévention des conflits. Pendant la formation et les visites de suivi du projet, le FPP et son partenaire local, CEDEN (Cercle pour la défense de l'environnement), ont tenu des réunions publiques avec la participation d’environ 2000 habitants des forêts provenant de la zone de conservation du Lac Tumba. Tout comme dans la région de Mai Ndombe située plus au sud dans la Province de Bandundu, il est prévu que la zone de conservation du Lac Tumba fasse l’objet de financements pilote REDD, dans le cadre des efforts de la RDC pour protéger ses forêts en réponse aux accords mondiaux de contrôle du climat.

Sur le terrain, le personnel de CEDEN travaille de toutes ses forces dans la Province de l’Équateur, une région dont la surface équivaut à celle de la France, et apporte son soutien à une cinquantaine de communautés forestières afin qu'elles soient mieux informées des politiques et des plans de développement REDD affectant leurs régions, qu’elles connaissent leurs droits au titre des lois nationales et internationales, et qu’elles identifient et développent des mécanismes viables de partage des avantages pour surmonter la grande pauvreté qui ravage toutes les zones rurales de la RDC.

Ces visites ont permis au FPP de recueillir de nouveaux témoignages des communautés concernant la gestion forestière dans leurs régions, ainsi que sur les impacts négatifs des pratiques injustes d’exploitation forestière et de conservation. Ces impacts incluent notamment les dommages et la perte d'accès aux forêts qui sapent les moyens d'existence et accroissent par conséquent la pauvreté des communautés. Lors des réunions publiques, nous avons prodigué des conseils en réponse aux nombreuses questions des peuples forestiers autochtones et locaux au sujet des processus REDD aux niveaux national et international, des droits des communautés et des lois qui les protègent, et des régimes fonciers des terres forestières. Les réunions communautaires ont été caractérisées par des discussions animées et un débat intercommunautaire approfondi sur l’avenir de leurs aires coutumières.

Nous avons été très impressionnés par la sophistication politique de ces communautés forestières de la province de l’Équateur qui sont vivement préoccupées par la détérioration de leurs droits et le régime foncier relatif aux forêts, le résultat d’un trajet historique composé de puissances coloniales extractives, de sociétés d’exploitation forestière puissantes qui ne répondent devant personne, et de projets de conservation qui sont mis en place sur leurs terres. Les peuples des forêts autochtones et locaux de la Province de l’Équateur sont en outre motivés par leur volonté tenace de développer leurs communautés en leur donnant accès et en mettant à disposition des sources d’eau propre, de meilleurs soins de santé et une bonne éducation avec des coûts limités pour leurs enfants. Telles sont leurs principales priorités, qu’ils partagent avec les autres peuples forestiers du Bassin du Congo.

Néanmoins, comme partout ailleurs, ces peuples forestiers de la Province de l’Équateur sont cyniques quant aux résultats. Pendant de nombreuses décennies, ils ont vu les fonds des gouvernements et des donateurs se réduire comme peau de chagrin lors des différents passages aux niveaux administratifs inférieurs, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien dont ils puissent profiter. Ils pensent que cela se reproduira avec les fonds REDD. Partout où nous sommes allés, les peuples autochtones et locaux nous ont clairement dit qu’en vue de l’importance cruciale des enjeux, ils souhaitaient que des canaux de partage des avantages séparés et responsables soient mis en place et éprouvés avant le début d'un dialogue sur de nouveaux zonages ou une re-définition de leurs forêts coutumières pour répondre aux exigences des financements REDD.

Les résultats de ce projet seront passés en revue lors d’une réunion organisée par CEDEN à Mbandaka en fin juin. Les résultats et les recommandations des communautés seront partagés avec le gouvernement et les autres parties prenantes REDD.

Les peuples locaux et autochtones doutent de pouvoir bénéficier de projets REDD
By
John Nelson, Forest Peoples Programme
La pêche sur le Lac Tumba et le Lac Mai Ndombe est une activité essentielle des peuples locaux entourés de forêts inondables
By
John Nelson, Forest Peoples Programme
La clé de la protection des forêts du Bassin du Congo réside dans la garantie des droits des peuples locaux et autochtones
By
FPP
Personnel de terrain du CEDEN et du FPP traversant le Lac Tumba
By
Daniel Tiveau