Indonésie : le géant de l’huile de palme, Wilmar, abandonne encore une fois les communautés locales et met leur avenir en péril

«Nous avons investi tant de temps et d’énergie dans le processus de médiation maintenant nous ne savons pas ce qu’il adviendra»
By
Sophie Chao

Indonésie : le géant de l’huile de palme, Wilmar, abandonne encore une fois les communautés locales et met leur avenir en péril

Le géant de l’huile de palme, membre de la Table ronde pour une huile de palme durable (RSPO), Wilmar, a accepté de vendre sa concession de palmier à huile PT Asiatic Persada sans consultation préalable ou respect du consentement libre, préalable et éclairé des communautés autochtones batin sembilan, déjà engagées dans un processus de médiation des conflits fonciers. L’accord de vente passé avec des entreprises non-membres de la RSPO et qui ne sont pas financées par la Société financière internationale compromet le processus de médiation actuel du Compliance/Advisory Ombudsman (CAO) de la Société financière internationale (SFI) sur de nombreux conflits fonciers dans la concession, en cours depuis début 2012.

En avril 2013, le Forest Peoples Programme (FPP) et ses partenaires, Setara Jambi et Sawit Watch, se sont rendus dans la plantation de palmier à huile PT Asiatic Persada, détenue par Wilmar, dans la Province de Jambi, afin d’évaluer les progrès accomplis dans le processus de médiation du CAO de la SFI, entamé début 2012. Le processus de médiation fut la réponse du CAO de la SFI à une plainte reçue en novembre 2011 concernant l’expulsion systématique de 83 familles batin sembilan et la destruction de leurs maisons par le personnel de PT Asiatic Persada et la brigade de police mobile (BRIMOB) dans le sud de la plantation PT AP. 

Au cours de sa visite en avril 2013, l’équipe de recherche FPP/Setara Jambi/Sawit Watch a constaté que bien que les progrès soient lents et que des résultats concrets n’aient pas encore été atteints, au moins deux communautés autochtones batin semblin (Dusun 4 Sungai Beruang et Kelompok Pinang Tinggi) accordent une grande importance au processus de médiation du CAO et souhaitent qu’il se poursuive et soit amélioré. 

Néanmoins, la préoccupation principale de ces communautés est l’accord de vente de PT Asiatic Persada par Wilmar à des sociétés non-membres de la RSPO et de la SFI, alors que le processus de médiation du CAO avec le gouvernement provincial de Jambi (Équipe conjointe de médiation) est encore en cours. Ce transfert de propriété a eu des répercussions néfastes sur le moral des communautés et a créé une grande anxiété quant à la façon dont les progrès accomplis à travers le processus de médiation du CAO peuvent être préservés et améliorés. Aucune information n’a été fournie aux communautés affectées et aucune consultation n’a été tenue, ce qui traduit la mauvaise foi et le manque de transparence de la part d’un membre de la RSPO, dont le Code de déontologie exige qu’il « s’engage de façon ouverte et transparente envers les parties concernées, et cherche activement à régler les conflits »

Lors d’une réunion que des ONG cosignataires et les communautés batin sembilan affectées (bien que ces dernières n’aient pas été formellement invitées) ont tenue avec l’Équipe conjointe de médiation le 6 mai 2013, toutes les parties présentes ont convenu que l’Équipe conjointe de médiation poursuivrait le processus de médiation et qu’il incombe encore à Wilmar, en tant qu’ancien propriétaire de PT Asiatic Persada, de s’assurer que les accords passés soient respectés et mis en œuvre tel que requis.

Dans une plainte adressée à Wilmar le 14 mai 2013, les communautés affectées et les cosignataires, le FPP, Setara et Sawit Watch, ont demandé des éclaircissements à Wilmar sur plusieurs points, notamment sur la raison pour laquelle les communautés affectées n’ont pas été formellement informées de la vente de PT Asiatic Persada et quelle responsabilité, le cas échéant, Wilmar assume afin de s’assurer que le règlement des conflits dans la concession PT Asiatic Persada aboutisse. La majorité de ces demandes n’a pas été traitée en profondeur dans la réponse reçue le 31 mai 2013. Une deuxième plainte, adressée cette fois à PT Asiatic Persada ainsi qu’au service chargé de la responsabilité sociale d’entreprise de Wilmar, fut envoyée le 6 juin 2013, qui réitérait les questions restées sans réponse et soulignait par ailleurs les graves préoccupations soulevées par la réponse reçue. 

La nature superficielle de la réponse de Wilmar à la plainte n’a pas fait état d’une sensibilisation et d’une préoccupation pour les moyens de subsistance et les droits des communautés affectées, profondément touchées par les activités de Wilmar. La réponse ne se référait aucunement aux communautés locales affectées, soulevant de sérieux doutes quant au fait de savoir si Wilmar possède tout sens de responsabilité ou d’engagement en faveur du règlement de conflits entraînés par ses activités et des violations des droits humains attestées et connues du public relatives à PT Asiatic Persada.

Depuis la réunion du 6 mai 2013, l’Équipe conjointe de médiation n’a pas été en mesure d’organiser une réunion de suivi avec PT Asiatic Persada et aucune explication n’a été fournie quant aux raisons de l’incapacité ou de la réticence de l’entreprise à participer, malgré de nombreuses demandes de clarification faites depuis cette date par les cosignataires et les communautés affectées. Cela avive les préoccupations existantes concernant l’engagement de PT Asiatic Persada et Wilmar en faveur du règlement des conflits, et la capacité et le véritable engagement de l’Équipe conjointe de médiation pour résoudre ces conflits. 

Le transfert de propriété de PT Asiatic Persada sans consultation préalable souligne une grave faiblesse de la RSPO : l’absence de critères ou de directives concernant les obligations des entreprises membres de la RSPO en cas de vente de concessions à des entreprises non-membres de la RSPO, en particulier lorsque des conflits et des processus de règlement des conflits sont encore en cours. FPP, Setara et Samit Watch ont informé la RSPO que cette question doit être abordée de toute urgence dans le cadre d’une réforme systémique du mécanisme de la RSPO. Ce cas souligne encore une fois la nécessité pour la SFI d’appliquer ses normes de performance à l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement du Groupe Wilmar, question que ni la SFI ni le CAO n’ont à ce jour fait mine de vouloir aborder, sans parler de Wilmar. Pendant ce temps, les communautés affectées dans la concession PT Asiatic Persada demeurent dans une position d’incertitude, de frustration et d’ignorance, malgré l’extrême urgence de la situation et ses implications pour l’avenir de ces communautés. 

Liens utiles :