Les ONG congolaises se mobilisent pour préparer un rapport alternatif sur la situation des femmes autochtones en RDC au Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes

Atelier sur le rapport alternatif au Comité CEDEF, mars 2013, Bukavu, Sud Kivu, RDC.
By
Nadia Mbanzidi

Les ONG congolaises se mobilisent pour préparer un rapport alternatif sur la situation des femmes autochtones en RDC au Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes

En février et mars 2013, de nombreux représentants d’ONG travaillant avec les femmes et peuples autochtones ainsi que des chefs autochtones se sont réunis à Béni, Bukavu, Goma et Kinshasa afin de préparer un rapport alternatif au Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (Comité CÉDEF). 

En vertu de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (la CEDEF) les États parties doivent présenter au Comité CEDEF, à tous les quatre ans, un rapport dans lequel ils décrivent les mesures qu'ils ont adoptées pour donner effet aux dispositions de la Convention. Au cours de ses sessions, le Comité CEDEF analyse les rapports des États parties avec les représentants de chacun des gouvernements et étudie avec eux les domaines dans lesquels le pays concerné devrait adopter de nouvelles mesures. À l’issue du processus, le Comité CEDEF formule des recommandations aux Etats parties en matière d’élimination de la discrimination à l’égard des femmes.

La République Démocratique du Congo a soumis son rapport périodique en décembre 2011 et ce dernier sera examiné par le Comité CEDEF en juillet 2013 lors de sa session qui se tiendra à Genève. 

Il y a lieu de noter que le rapport de la RDC ne contient aucune information sur la situation des femmes autochtones en RDC et ce, malgré le fait que les femmes autochtones font face à de multiples formes de discrimination et vivent dans des conditions d’extrême vulnérabilité.

Face à l’absence de prise en considération de la situation des femmes autochtones par le gouvernement de la RDC dans son rapport périodique, plusieurs ONG se sont mobilisées afin d’élaborer un rapport alternatif visant à présenter au Comité CEDEF de l’information sur la situation des femmes autochtones de la RDC en mettant l’accent sur les nombreuses formes de discrimination auxquelles elles font face. Des réunions de préparation et validation ont eu lieu à Béni et Goma au Nord Kivu, à Bukavu, au Sud Kivu ainsi qu’à Kinshasa. En tout, plus de cent représentants provenant de quinze ONG et réseaux ont participé à la rédaction du rapport alternatif et ont formulé une série de recommandations à l’endroit du gouvernement de la RDC, notamment dans les domaines de l’accès à la terre et aux ressources naturelles, de l’éducation, de la santé et de la participation publique et politique. 

Les ONG auteures du rapport alternatif espèrent que le Comité CEDEF  tiendra compte de l’information et des recommandations présentées dans ce dernier dans la formulation de ses propres recommandations à l’attention du gouvernement de la RDC. Une délégation de représentants ayant participé à la rédaction du rapport se rendra à Genève en juillet 2013 afin de présenter le rapport alternatif et faire le plaidoyer auprès des membres du Comité CEDEF en faveur de l’urgente nécessité d’une prise en considération accrue des droits des femmes autochtones par le gouvernement de la RDC.

 

Atelier de sensibilisation sur les droits des femmes autochtones, mars 2013, Kinshasa, RDC.
By
LYNAPICO