Les femmes Wayuu de Colombie demandent à l’instance permanente des Nations Unies d’agir

Les femmes Wayuu de Colombie demandent à l’instance permanente des Nations Unies d’agir

En juillet 2010, Fuerza de Mujeres Wayuu, une organisation de femmes autochtones, créée et composée de membres de la communauté Wayuu en Colombie, a présenté un rapport à l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones (UNPFII) qui dénonce les multiples formes de violations des droits humains auxquelles les femmes Wayuu font face en raison de leur genre et de leur appartenance à un groupe autochtone qui lutte pour la reconnaissance de ses droits fonciers en Colombie.

Le rapport souligne que les membres de la communauté Wayuu, en particulier les femmes, font face au quotidien à des menaces à leur intégrité physique et à leurs droits culturels et territoriaux. Leur situation vulnérable a été reconnue par plusieurs institutions internationales des droits humains, telles que le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme et des libertés fondamentales des populations autochtones et le Rapporteur spécial sur la violence contre les femmes, ses causes et ses conséquences, et la Commission interaméricaine des droits de l’homme.

Selon Fuerza de Mujeres Wayuu, la communauté Wayuu est touchée par deux problèmes principaux : tout d’abord, le conflit armé colombien, et deuxièmement, les activités des  sociétés multinationales sur leurs territoires ancestraux sans leur consentement libre, préalable et éclairé (FPIC). En conséquence de ces incursions sur leurs terres coutumières, les Wayuu sont victimes de blessures physiques, des déplacements forcés et même des meurtres, et ils sont aussi aux prises avec les impacts de la pollution de leur environnement.  

À cause de la présence de troupes militaires sur les territoires Wayuu, de nombreux meurtres et disparitions ont eu lieu depuis 2004. Beaucoup de membres de la communauté Wayuu ont été forcés de se rendre au Venezuela et d’abandonner leurs territoires à cause de cette violence et du harcèlement ethnique. De plus, des entreprises internationales exploitent les ressources naturelles des Wayuu sans leur consentement, détruisent leur environnement et les privent de leur mode de vie traditionnel.  

Le rapport remis à l’UNPFII explique les formes de discrimination auxquelles les femmes Wayuu font face à cause de leur genre et de leur appartenance ethnique. Néanmoins, malgré de graves intimidations et les difficultés rencontrées par ses leaders, Fuerza de Mujeres Wayuu a fait entendre sa voix pour dénoncer cette situation auprès de l’UNPFII, en lui demandant d’exhorter le gouvernement colombien à aborder la situation des Wayuu et à prendre toutes les mesures nécessaires afin de s’assurer que leurs droits à la terre et aux ressources naturelles soient pleinement respectés.

Cliquer ici pour lire le rapport de Fuerza de Mujeres Wayuu (seulement disponible en espagnol)