Une lettre ouverte met en évidence la destruction des forêts, l'accaparement des terres et les violations des droits en Indonésie

Une lettre ouverte met en évidence la destruction des forêts, l'accaparement des terres et les violations des droits en Indonésie

Plus de 200 organisations indonésiennes ont adressé une lettre ouverte soulignant les effets néfastes du secteur de l'huile de palme en Indonésie au président de la République d'Indonésie, au président du Conseil de l'Union européenne et aux dirigeants des États membres de l'UE.

Dans la lettre, ils demandent que des décisions fermes soient prises pour éliminer les biocarburants non durables et illégaux des chaînes d'approvisionnement de l'UE. Ils demandent aussi des protections plus fortes pour les droits humains les droits fonciers et les forêts communautaires dans la réglementation et les politiques commerciales de l'UE.

«Sur le terrain, nous sommes confrontés à des conflits, des actes de harcèlement, la criminalisation, la violation des droits humains, le déni du droit au travail et des problèmes socio-économiques et environnementaux. Nos territoires coutumiers sont affectés par des catastrophes écologiques qui produisent des effets à long terme, telles que la sécheresse, des incendies, le déclin des stocks de poisson, la perte de la sécurité alimentaire, et cela a diminue la qualité de vie de la population locale, en particulier celle des femmes et des enfants. »