Ressources

Le Partenariat Australie-Indonésie ne respecte pas les droits des Dayak

L’Australie et l’Indonésie travaillent désormais conjointement depuis plusieurs années sur la REDD+. Leur coopération est axée principalement sur le projet Kalimantan Forests and Carbon Partnership (Partenariat en matière de forêts et de carbone au Kalimantan - KFCP) qui vise à réhabiliter 100 000 hectares de tourbières au Kalimantan central. La zone fait partie du programme Mega Rice de Soeharto, qui n’a pas produit de riz mais qui a réduit les systèmes agroforestiers de dizaines de communautés Dayak à des terres incultes de tourbe en feu. Aujourd’hui, après que des millions de dollars aient déjà été dépensés pour le projet REDD+, Yayasan Petak Danum, une organisation communautaire Dayak de la zone concernée par le projet KFCP, a rédigé une lettre énumérant les inquiétudes principales liées au projet, en particulier le non-respect des droits des communautés Dayak dans la région. Vous pouvez lire la lettre du réseau Yayasan Petak Danum (YPD) à la délégation australienne au Kalimantan central, Indonésie, février 2011, au sujet du projet pilote REDD+ Kalimantan Forests and Climate Partnership :

http://www.forestpeoples.org/topics/redd-and-related-initiatives/publication/2011/letter-australian-delegation-central-kalimantan

Le 9ème Dialogue de l’Initiative pour les droits et ressources sur les forêts, la gouvernance et les changements climatiques

Le 9ème Dialogue de l’Initiative pour les droits et ressources sur les forêts, la gouvernance et les changements climatiques, co-organisé avec le Forest Peoples Programme, Tebtebba et Forest Trends, a eu lieu à Londres, au Royaume-Uni, le 8 février 2011. Le Dialogue a réuni plusieurs acteurs clé de la REDD, notamment des représentants des organisations des peuples autochtones, les gouvernements du Royaume-Uni, du Mexique et de la Norvège, le secteur bancaire, des ONG et des chercheurs.  

Le consensus ayant émergé des discussions était que la REDD ne devrait pas se poursuivre tant que des garanties claires n’auront pas été mises en place. Gregory Barker, Ministre adjoint du Ministère de l’énergie et du changement climatique du gouvernement britannique, a souligné qu’il était crucial, avant que les projets REDD ne soient réalisés, d’évaluer les moteurs de la déforestation, de garantir un régime foncier clair et d’assurer un partage équitable des avantages pour les peuples autochtones. Dans ce but, il a affirmé que le gouvernement britannique appliquera des garanties dans les accords bilatéraux REDD avec les peuples autochtones et les communautés locales. Malgré cet engagement, il n'a pas indiqué si le Royaume-Uni oeuvrerait en faveur de garanties plus strictes dans les processus de préparation de l’initiative FCPF de la Banque mondiale.