Ressources

UK Government insists on respect for rights in World Bank Palm Oil strategy

In response to questioning from the Forest Peoples Programme, the UK Government has affirmed that the World Bank's revised strategy on palm oil, which is still being revised, must secure community tenure and Free, Prior and Informed Consent. The Government supports legal reforms where these rights are not secure. The UK Government says it supports the temporary ban on World Bank Group funding for the sector and wants this freeze maintained until an adequate strategy has been developed and reviewed by the Board of the World Bank.

Indigenous Peoples' Human Rights Defenders Network website launched on December 10th, 2010

http://www.iphrdefenders.net is dedicated to help advance advocacy for indigenous peoples' rights and issues in the Asia region. Contributions of articles, statements, photos, videos and other documents on human rights are welcomed. This website will be linked to the main Asia Indigenous Peoples Pact (AIPP) website and the main website of the Asia Human Rights Monitoring System (ARMS) project of the Southeast Asia e-Media Center based in Malaysia.

Joy and disappointment go hand in hand at the 10th meeting of the Conference of the Parties to the Convention on Biological Diversity

In the early morning hours of Saturday 30th October, after two weeks of intense, late-night sessions and down-to-the wire negotiations, the Parties to the Convention on Biodiversity (CBD) at their 10th Conference (COP 10), adopted a “package” which consists of a protocol on Access and Benefit Sharing, a new Strategic Plan, and a strategy for the mobilization of resources to effectively implement the convention. In addition, more than forty other Decisions were adopted, including Decisions on: Biodiversity and Climate Change; Protected Areas; Sustainable Use; and Traditional Knowledge, Innovations and Practices. Indigenous peoples celebrated some victories, but also returned home with concerns.

Joie et déception vont de pair lors de la 10ème Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique

Aux premières heures du jour, samedi 30 octobre, après deux semaines d’intenses sessions qui se sont poursuivies tard dans la nuit et de négociations de dernière minute, les Parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB) ont adopté, lors de la 10ème Conférence des Parties (CdP10), un « paquet » qui consiste en un protocole sur l’accès et le partage des avantages, un nouveau plan stratégique, et une stratégie pour la mobilisation des ressources afin de mettre effectivement en œuvre la convention. En outre, plus de quarante autres décisions ont été adoptées, y compris des décisions en matière de : biodiversité et changement climatique ; aires protégées ; utilisation durable ; savoirs traditionnels, innovations et pratiques. Les peuples autochtones ont célébré certaines victoires, mais sont rentrés chez eux non sans quelques inquiétudes.

Guyana’s forest and climate plans continue to generate controversy and sideline indigenous peoples

While the President of Guyana was named a “Champion of the Earth” by the UN earlier this year in relation to his efforts to secure international support for forest protection and “low carbon” growth, some indigenous leaders and civil society organisations both inside and outside the country continue to expose and challenge the deep contradictions in the government’s forest and climate plans. In June 2010, the President of the Amerindian Peoples Association (APA) made a strong statement to the Sixth Participant’s Committee meeting of the World Bank Forest Carbon Partnership Facility (FCPF) in Georgetown, asking why key land rights issues raised repeatedly by APA have still not been addressed in the Guyana Forestry Commission’s (GFC) latest REDD+ readiness proposals.

Les projets forestiers et climatiques du Guyana continuent de soulever la controverse et d’exclure les peuples autochtones

Alors que le Président du Guyana a été nommé « Champion de la terre » par les Nations Unies cette année pour ses efforts en faveur de la mise en œuvre d’un soutien international à la protection des forêts et d’une croissance à faible intensité de carbone, des leaders autochtones et des organisations de la société civile du pays et de l’étranger ne cessent de souligner et de mettre en cause les vives contradictions des projets forestiers et climatiques du gouvernement. n juin 2010, le Président de l’Association des peuples amérindiens (APA) a prononcé une intervention sans appel lors de la Sixième réunion du Comité des participants du Fonds de partenariat pour la réduction des émissions de carbone forestier de la Banque mondiale (FCPF) à Georgetown, qui demandait pourquoi les questions clés relatives aux droits fonciers soulevées à maintes reprises par APA n’avaient pas encore été prises en compte dans les dernières propositions de préparation REDD+ de la Commission forestière du Guyana (GFC).

Indigenous Peoples in Paraguay seek solid guarantees for the protection of their collective rights in national REDD planning processes

Indigenous Peoples and indigenous organisations in Paraguay have worked hard in 2010 to obtain guarantees from the government and the United Nations that any policy, decision or initiative relating to REDD readiness will respect their collective rights, including rights to land and the right to free, prior and informed consent (FPIC). Through its participation in the national REDD Committee, for example, the Coordinadora por la Autodeterminación de los Pueblos Indígenas (CAPI) has stressed that the UN-REDD programme must comply fully with its own Operational Guidance on Indigenous Peoples. At the same time, CAPI has insisted that the government must fulfil its obligations under international and regional human rights treaties that the country has ratified. 

Les peuples autochtones du Paraguay demandent des garanties solides pour la protection de leurs droits collectifs dans les processus nationaux de planification REDD

Les peuples autochtones et les organisations autochtones du Paraguay ont travaillé sans désemparer en 2010 pour obtenir des garanties du gouvernement et des Nations Unies afin que toute politique, décision ou initiative relative à la préparation REDD respecte leurs droits collectifs, y compris leurs droits à la terre et au consentement libre, préalable et éclairé (FPIC). Par exemple, grâce à sa participation au Comité national REDD, la Coordinadora por la Autodeterminación de los Pueblos Indígenas (CAPI) a souligné que le programme UN-REDD doit se conformer pleinement à ses propres Operational Guidance on Indigenous Peoples (Document d’orientation opérationnelle sur les peuples autochtones). De plus, CAPI a insisté sur le fait que le gouvernement doit remplir ses obligations conformément aux traités internationaux et régionaux des droits humains que le pays a ratifiés.  

Global Environment Facility finally plans to adopt social safeguards

In October 2010, the head of the GEF, Monique Barbut, announced that the GEF would be developing safeguard policies. These safeguards will address the environmental and social impacts of projects, and specifically address the particular concerns of indigenous peoples. The safeguards will apply to all of the GEF’s Implementing and Executing Agencies and an external institution, or agency of some form, will monitor compliance. Indigenous peoples have seized this opportunity and have developed and presented a proposal to the GEF Council, outlining how a policy addressing their concerns could be developed.

Le Fonds pour l’environnement mondial prévoit enfin d’adopter des protections sociales

En octobre 2010, la présidente du FEM, Monique Barbut, a annoncé que le FEM développera des politiques de garanties. Ces garanties porteront sur les impacts environnementaux et sociaux des projets, et aborderont de manière spécifique les problèmes propres aux peuples autochtones. Les garanties s’appliqueront à tous les Agents et Organismes d’exécution du FEM et une institution externe ou un organisme vérifiera la conformité aux garanties. Les peuples autochtones ont saisi cette opportunité et ont préparé et présenté une proposition au Conseil du FEM indiquant comment développer une politique qui prendrait en compte leurs problèmes.

Press Release: Inter-American Commission on Human Rights Agrees to hear case of Indigenous Peoples in Raposa Serra do Sol, Brazil

 

After years of waiting, during which they suffered from violent attacks and the degradation of their ancestral lands, the Ingaricó, Macuxi, Patamona, Taurepang and Wapichana indigenous peoples of Raposa Serra do Sol received a favorable decision by the Inter-American Commission on Human Rights.  During its last session at the end of October, the Commission issued an admissibility decision in their case against the Government of Brazil. In doing so, the Commission signaled not only that the Government’s treatment of indigenous peoples in Raposa may constitute a violation of their human rights, but that the Commission is now ready to enter its final stage of review of the case and issue a concluding report.

Communiqué de presse : la Commission interaméricaine des droits de l’homme accepte de connaître le litige des Peuples autochtones à Raposa Serra do Sol au Brésil

Après des années d’attente pendant lesquelles ils ont été les victimes de violentes attaques et de la dégradation de leurs terres ancestrales, les peuples autochtones Ingaricó, Macuxi, Patamona, Taurepang et Wapichana de Raposa Serra do Sol ont reçu une décision favorable de la Commission interaméricaine des droits de l’homme. Lors de sa dernière session fin octobre, la Commission a rendu une décision de recevabilité dans le litige qui les oppose au Gouvernement du Brésil. Par cette décision, la Commission a non seulement indiqué que la façon dont le gouvernement traite les peuples autochtones à Raposa pourrait constituer une violation de leurs droits humains, mais également que la Commission est aujourd’hui prête à débuter le stade ultime de l’examen du litige et à rendre un rapport final.

Sortie du film « Dwindling Forests: Dwindling Futures? Mangroves and forest peoples under threat in the Sundarbans, Bangladesh »

Un nouveau court métrage réalisé en collaboration avec les communautés forestières des Sundarbans souligne combien l’utilisation coutumière de la biodiversité par les utilisateurs traditionnels des ressources dans les mangroves des Sundarbans est essentielle pour la conservation et l’utilisation durable de cette zone humide d’importance internationale, qui accueille un site du patrimoine mondial de l’UNESCO et un site RAMSAR. Cependant les savoirs traditionnels et l’utilisation coutumière sont ignorés par le Gouvernement du Bangladesh, et les peuples de la forêt sont exclus du processus de prise de décisions et de la gestion de la forêt. Le film appelle au respect et à la reconnaissance des savoirs et des pratiques des utilisateurs traditionnels des ressources et à une approche participative à la gestion des Sundarbans dans le cadre de l’application de la Convention sur la diversité biologique (CDB), ainsi qu’au respect de la dignité des peuples de la forêt et à la protection de leurs moyens de subsistance et de leur futur.

Dialogue de l’IUCN en Nouvelle-Zélande. Janvier 11-15 2011

Cinq représentants des peuples autochtones de la Thaïlande, du Suriname, de l’Ouganda et du Cameroun participeront à la conférence Sharing Power  de la CEESP de l’IUCN en Nouvelle-Zélande en janvier 2011. Ils parleront de leurs expériences concernant l’interaction entre leurs communautés et les aires protégées, y compris les impacts négatifs causés par la conservation imposées et des effortspour trouver des solutions qui seront bénéfiques tant pour les peuples que pour la nature. Leur intervention permettra d’évoquer et d’actualiser les informations contenues dans les rapports qu’ils ont publiés.