Ressources

À l’intérieur et autour des aires protégées du Cameroun

Au cours des dernières années, l’État camerounais a négocié des accords d’accès et d’utilisation, communément appelés « Memoranda of Understanding » (MoU), avec les communautés Baka touchées par différentes aires protégées.

La plateforme nationale camerounaise pour les peuples autochtones des forêts se réunit pour sa deuxième Assemblée Générale

Les 23 et 24 juillet, sous le couvert de la forêt communautaire Nomedjo à Lomié, la plateforme Gbabandi s'est réunie pour sa deuxième Assemblée Générale. Gbabandi comprend actuellement huit organisations autochtones, et plus de 100 Baka et Bagyeli ont participés à cette réunion de deux jours, venant de différentes régions forestières du Cameroun.

Terre sans titre - les Bagyeli d'Océan

Au cours des 3 dernières années, quatre communautés bagyeli autochtones ont cartographié et surveillé leurs forêts afin de garantir les droits sur les terres dont elles dépendent pour survivre.

BLOG: Apprentissages sur le genre dans le bassin du Congo

En tant qu’organisation de défense des droits humains, la justice entre les sexes est un principe fondamental de notre travail. Nous sommes depuis longtemps conscients des obstacles à la participation effective des femmes, à leur implication dans les processus décisionnels, et des autres violations des droits humains auxquelles elles sont confrontées en raison de leur sexe.

BLOG: « Sans notre forêt, nous n'avons pas de vie, nous disparaissons »

Un membre d'une des communautés baka du Cameroun dans la région de Ngoyla Mintom, parle d'être chassé de ses forêts ancestrales et des problèmes auxquels son peuple est confronté quotidiennement, à cause du manque de droits fonciers et du manque d'accès à la nourriture, médecine et éducation.

Brazil 2018 - une lueur d’espoir à un moment difficile

Le mois dernier, une femme autochtone a été élue pour la première fois au Congrès du Brésil, alors que l’on s’attend à ce que le Président nouvellement élu mène des politiques d’assimilation à l’égard des peuples autochtones et mette un terme aux démarcations de leurs terr

Les peuples autochtones déclarent l’état d’urgence environnementale dans l’Amazonie péruvienne

Les communautés de la région de Bajo Huallaga dans l’Amazonie péruvienne ont déclaré « l’urgence environnementale et territoriale » le 16 septembre de cette année, suite aux effets graves et continus sur leurs ressources naturelles, territoires et habitants des accaparements de terres et de la déforestation de leurs terres par des entreprises exploitant le bois et le palmier à huile.

Une action urgente est nécessaire afin de mettre fin à la prise de contrôle sur des terres des peuples autochtones pour des projets de grande envergure en Indonésie

Une action urgente est nécessaire pour mettre fin à la prise de contrôle sur des terres des peuples autochtones pour des projets de grande envergure dans des provinces où les forêts abondent comme le Kalimantan et la Papouasie en Indonésie. La destruction des forêts et des rivières sape les moyens de subsistance des Autochtones locaux, et détruit les terres ancestrales. Entre 40 et 70 millions de personnes des zones rurales d’Indonésie dépendent de l’accès aux terres et aux ressources, y compris pour l’eau potable et l’assainissement. Ces terres et ressources sont protégées par des lois coutumières.

Victoire juridique pour Santa Clara de Uchunya

Flash info : Une décision juridique historique pour les peuples autochtones du Pérou lorsque la plus haute instance du pays a accepté de résoudre l’action en justice déposée par la communauté Shipibo de Santa Clara de Uchunya.

Appel à la solidarité et au soutien depuis l’Amazonie péruvienne

À la mi-juillet, Forest Peoples Programme a lancé une page de sociofinancement pour contribuer à la recherche de solutions urgentes que demande Santa Clara de Uchunya, une petite communauté shipibo qui lutte pour empêcher la destruction de ses forêts et de ses modes de vie par une société de production d’huile de palme et des trafiquants de terrains.