Des ONGs internationales condamnent le plan du Groupe IOI consistant à céder des plantations de palmiers à huile liées à des conflits de terres

Des ONGs internationales condamnent le plan du Groupe IOI consistant à céder des plantations de palmiers à huile liées à des conflits de terres

Des ONGs internationales ont condamné une annonce faite par le Groupe malaisien d’huile de palme (IOI) selon laquelle il a l’intention de vendre ses parts d’une plantation d’huile de palme qui a été au centre d’un conflit persistant avec les communautés de Sarawak, en Malaisie.

La plantation IOI-Pelita comprend des terres qui ont été prises aux communautés Long Teran Kanan sans leur consentement. Les communautés ont réclamé une compensation, la reconnaissance de leurs droits et le retour de leurs terres coutumières sur lesquelles ils ont habités pendant plus de dix ans. Il y a deux semaines, IOI a finalement accepté de prendre part à un processus de médiation significatif avec les communautés. Cependant, la décision de vendre ses parts rend le processus de médiation inutile, car IOI n’aura plus de contrôle sur la plantation ni la capacité de résoudre le conflit en répondant aux demandes des communautés affectées.

IOI est un des plus gros commerçants d’huile de palme en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. Il fournit l’huile de palme aux grandes marques telles que Unilever, Hershey’s et Mondelēz.

« IOI a récemment tenté de convaincre le marché qu’il est en train de réformer de manière honnête ses problématiques du passé. Avec l’annonce concernant la vente de ses parts, IOI ne se contente pas de tourner le dos aux communautés, il induit également le doute sur ses interventions de répondre à ses engagements en terme de développement durable, » affirme Gemma Tillack, Directrice de la Stratégie Forêt pour le Rainforest Action Network (RAN).

« Cette dernière initiative d’IOI représente un effort final afin d’éviter de prendre ses responsabilités et afin de remédier aux injustices de long terme commises contre les communautés de Long Teran Kanan. Si IOI échoue à proposer des compensations pour les terres volées et les violations de droits, cela représentera une violation de leur politique sur l’huile de palme (palm oil policy) ainsi que de leurs obligations en tant que membre de la Table ronde sur l’Huile de Palme Durable (Roundtable on Sustainable Palm Oil - RSPO) », selon Patrick Anderson du Forest Peoples Programme.

« Cette annonce est un acte de mauvaise foi. Elle arrive au terme de six mois de négociations progressives qui avaient pour objectif de parvenir à un accord sur un plan d’action conclu entre  IOI et les communautés qui ont soumis une plainte au mécanisme RSPO en 2010 (RSPO complaint). C’est une étape importante mise en place par Grassroots, Rainforest Action Network, Forest Peoples Programme et Greenpeace, qui restera sans conséquences si IOI vend la concession, » dit Andrew Ng, porte-parole spokesperson and co-plaignant de Grassroots. « IOI condamnerait ainsi les communautés de Long Teran Kanan A et B, Long Tabing Atas et Bawah, Long Tuyut, Long Teran Batu et Long Jegan à perdre toutes leurs terres, leur culture et leurs habitats. »

« Si IOI vend ses parts à IOI-Pelita, cela serait la goutte d’eau de trop, qui prouverait finalement que nous ne pouvons pas leur faire confiance à IOI. Si la vente est réalisée, les grandes  marques n’auront pas le choix et devront arrêter d’acheter auprès de IOI. La Table Ronde RSPO devra également exclure IOI pour une telle violation de ses droits », selon Bagus Kusuma, responsable de campagne pour les forêts pour Greenpeace Southeast Asia.

Les ONGs appellent la compagnie à faire une déclaration formelle affirmant qu’elle annule les plans de vente de ses parts de la concession et qu’elle va tenter d’aller de l’avant et d’établir un processus de médiation afin de résoudre ce conflit social ainsi que la plainte RSPO qui y est associée.